Actualités web

Dilma Roussef : 1ère femme présidente du Brésil

Dilma Roussef, Lula da Silva e a sua mulher, Marisa Leticia, ontem no Congresso do PT

Election présidentielle au Brésil : Dilma Roussef : une femme de caractère à la tête du Brésil.

Dilma Rousseff, élue ce dimanche 31 octobre 2010 avec 56% des voix  : présidente des Brésilien(ne)s !

Ancienne ministre de l’Energie de Lula puis chef de son cabinet, Dilma Rousseff a laissé parler son émotion à l’annonce des résultats.

« La joie que je ressens avec la victoire aujourd’hui est mêlée à l’émotion de ses adieux. Je sais qu’un dirigeant comme Lula ne sera jamais loin de son peuple », a-t-elle déclaré la voix cassée. « Je pourrai toujours frapper à sa porte et je suis sûre qu’elle sera toujours ouverte »

Martine Aubry et Ségolène Royal ont salué ce lundi 1er novemvre 2010 la victoire de Dilma Rousseff à l’élection présidentielle au Brésil.

Martine Aubry qualifie Dilma Roussef  de « femme au destin qui force le respect », et Ségolène Royal évoque une « femme énergique et de conviction« .

« Comment ne pas se réjouir qu’un des plus grands pays du monde vienne d’élire pour la première fois de son histoire une femme présidente » -« Je sais que Dilma Rousseff saura emmener le Brésil plus loin encore  » écrit Martine Aubry dans un communiqué.

Hugo Chavez a salué ce dimanche la victoire de Dilma Rousseff à l’élection présidentielle du Brésil et a indiqué qu’elle deviendrait « une autre géante » de la politique latino-américaine.

Dilma Rousseff est la fille de Dilma Coimbra Silva et de l’avocat bulgare Pedro Rousseff (en bulgare Петър Русев [pɛtɤr rusɛf]), membre actif du mouvement communiste bulgare, qui dut émigrer en France pour des raisons politiques en 1929, où il vécut jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s’installa ensuite en Argentine, puis finalement au Brésil, où il épousa Dilma Coimbra Silva.

Dilma Roussef a intégré le mouvement de résistance à la dictature brésilienne des années 60. Arrêtée en 1970, torturée pendant 22 jours, condamnée par untribunal militaire, elle a été détenue durant 3 ans jusqu’en 1973. À l’époque de sa détention, elle a été surnommée la Jeanne d’Arc de la guérilla, en raison de son importance idéologique dans le mouvement. En décembre 2006, elle a obtenu une indemnisation.

À la fin des années 1970, elle a épousé un autre membre du mouvement guérillero, Carlos Franklin Paixão de Araújo, avec qui elle a eu une fille unique, et s’est installée avec lui dans l’État du Rio Grande do Sul.

En 1977, elle a obtenu un diplôme de l’École de sciences économiques de l’Université fédérale du Rio Grande do Sul.

Laisser un commentaire