Actualités web

Cote d’Ivoire : ACF intervient

Logo Action Contre La Faim

Alors que les déplacés continuent à affluer et que la crise met à mal les structures sanitaires du pays, ACF intervient dans l’Ouest du pays pour assurer la prise en charge des enfants malnutris et un accès à l’assainissement pour les populations déplacées.

Depuis la fin du mois de novembre, la Côté d’Ivoire est plongée dans une crise qui affecte profondément les conditions de vie des populations, en particulier leur sécurité alimentaire. En réaction à ces nouvelles vulnérabilités, Action contre la Faim a décidé d’étendre son action à l’ouest du pays, dans les zones de Duékué, Man et Danané qui sont actuellement les plus affectées par la crise.

La situation dans cette région était préoccupante sur le plan alimentaire avant même le début de la crise, mais les événements récents ont fait surgir de nouveaux problèmes : « En raison de  l’insécurité et des déplacements de population, beaucoup de personnes n’ont pu assurer les récoltes, explique Yann Dutertre, chef de mission d’Action contre la Faim en Côte d’Ivoire.

De nombreux foyers, en raison de l’insuffisance des ressources, ont été obligés de consommer une partie de leurs semences. D’autres ont vu leurs stocks pillés lors des exactions qui ont eu lieu dans la région. Le pouvoir d’achat, quant à lui, est affecté par le désordre économique qui règne dans le pays. »

Eviter la rupture des soins infantiles

Les structures sanitaires sont elles aussi  touchées par la crise. Dans ce contexte, l’un des axes d’intervention d’Action contre la Faim a pour objectif de contribuer à réduire la mortalité des enfants liée à la malnutrition, en appui aux structures locales.

Des équipes d’infirmiers et « mesureurs » sont chargés de détecter et traiter les enfants malnutris, et de diriger ceux qui sont atteints de malnutrition aiguë sévère vers des centres nutritionnels thérapeutiques, où ils recevront un traitement plus long.

Dans le cadre du programme, au moins 4500 enfants malnutris modérés et sévères seront ainsi traités et 50 agents formés à la prise en charge de la malnutrition aiguë sévère. Par ailleurs, des campagnes de  sensibilisation, notamment à destination des mères, sont également organisées.

Intervenir auprès des populations déplacées

Les régions de l’Ouest voient également affluer des milliers de déplacés internes qui déstabilisent un peu plus les villes, villages et petites communautés hôtes déjà très fragilisés par la crise.

Ces déplacés vivent dans des conditions d’accès à l’hygiène dégradées. Le deuxième volet d’intervention d’ACF, qui doit démarrer sous peu, concerne donc l’assainissement, avec la distribution de kits d’hygiène et la mise en place de séances de sensibilisation, afin d’éviter l’apparition de maladies. Il doit bénéficier à 2000 familles déplacées.

ACF est également présente dans des camps d’accueil des réfugiés au Libéria, où elle met en place des programmes d’eau et assainissement. Elle intervient aussi auprès des réfugiés installés près de la frontière, en dehors des camps.

source article : http://www.actioncontrelafaim.org/

Laisser un commentaire