Actualités web

Priorité jeunesse : lutter contre la violence et le décrochage scolaire

Priorité jeunesse : lutter contre la violence et le décrochage scolaire

François Hollande était le 13 janvier en Seine-Saint-Denis, à Pierrefitte pour rencontrer élèves et responsables associatifs et expliquer ses propositions en matière de lutte contre la violence à l’école et contre le décrochage scolaire.

Ils sont une dizaine autour de la table de l’association pour la formation, la prévention et l’accès au Droit, l’AFPAD, à Pierrefitte pour dialoguer avec François Hollande. Au programme : le « fil continu» mis en place par l’association pour parer aux différents types de décrochages scolaires. Le candidat à l’élection présidentielle écoute les élèves qui, après une période de troubles, reviennent à l’école avec un projet professionnelle et donc une confiance renouvelée.

Le département le plus jeune et le plus pauvre de France

Président du conseil général du département, Claude Bartolone explique que la Seine-Saint-Denis a été un laboratoire pour trouver « les solutions qui marchent » en la matière. « Ici plus que partout ailleurs nous avons entendu ton message pour la jeunesse » déclare le responsable socialiste, concluant qu’ici « plus que partout ailleurs, nous te soutenons car face aux candidats du fric, tu es le candidat du peuple ».

« Je suis venu à Pierrefitte pour faire des propositions  »

Après le dialogue, les propositions. « Je souhaite faire de cette campagne une espérance qui puisse rassembler toutes les générations, toutes les catégories sociale, tous les territoire. Quelle plus belle cause que la jeunesse? » martèle François Hollande avant d’expliquer ses 6 propositions pour lutter contre la violence à l’école et le décrochage scolaire :

 

  • –  Augmenter le nombre d’adultes dans les établissements les plus difficiles : enseignants, psychologues, infirmières, mais aussi personnels d’encadrements, et un nouveau métier : le métier de la prévention et de la sécurité dans l’enseignement, affecté dans les établissements, à plein temps.
  • –  Revoir le mode d’affectation des personnels : privilégier les enseignants et les encadrants ayant de l’expérience dans les établissements concernés par les difficultés sociales.
  • –  Rétablir la formation initiale des enseignants avec des modules de gestion des conflits pour appréhender ces phénomènes nouveaux qui peuvent heurter verbalement et physiquement dans la classe.
  • –  Valoriser le travail en équipe : ne pas laisser le professeur seul, et lui permettre de travailler en équipe avec des médiateurs, psychologues, associatifs, accompagnants scolaires.
  • –  Travailler en co-production avec tous les services de l’Etat : pour une meilleure compréhension des situations grâce à une plus grande circulation de l’information entre l’Éducation nationale, la justice et la police.
  • –  Améliorer la prise en charge des élèves en situation de rupture : collectivités locales, établissements scolaires et associatifs agiront ensemble. Aucun élève ne doit être exclu.

« Je tiens à saluer tous les étudiants que j’ai rencontré ce matin, qui sont les meilleurs symboles de notre capacité à poursuivre la promesse républicaine en insérant les jeunes dans les parcours de la réussite » a conclu François Hollande.

source article : http://francoishollande.fr

 

Laisser un commentaire