Actualités web

Discours de François Hollande à Ajaccio, le 23 mars 2012

Discours de François Hollande à Ajaccio, le 23 mars 2012

« D’abord merci pour votre accueil, ici à Ajaccio. Merci à toi, mon cher Simon, de m’inviter devant ta mairie, face à tant d’amis corses, ici réunis pour porter le message du changement, pour demander que dans un mois, au premier tour, déjà s’esquisse ce mouvement qui se confirmera au second, c’est-à-dire une victoire, une victoire pour la Gauche réunie, une victoire pour la France. Je suis ici devant vous à Ajaccio. Je mesure le poids de l’histoire, les figures tutélaires qui sont là. Mais aussi, au-delà de la gloire que certains viennent chercher ici en Corse, ou du devoir qui doit être le nôtre, qui doit être le mien, de donner aussi à cette île, non seulement la fierté de ce qu’elle est, mais aussi la solidarité de l’Etat qu’elle attend et la présence de la République, qui sera toujours là pour défendre nos valeurs et nos principes. Je suis ici pour délivrer un message de rassemblement. D’abord le rassemblement de la Gauche, des Socialistes, des Radicaux de Gauche, de toutes les personnalités progressistes qui m’accompagnent aujourd’hui : Simon Renucci, Paul Giaccobi, et puis aussi mon ami, le maire de Bastia, Monsieur Zuccarelli qui m’accueillera aussi ici, demain, dans cette ville et tous les amis qui veulent que la Corse soit comme la France, changée demain.

Je suis venu vous parler de la Corse et de la France à un moment où notre pays tout entier a été frappé par une terrible tragédie. Tous les Corses ont eu le même élan, je le sais, de solidarité, d’émotion, devant ces drames. L’assemblée de Corse l’a exprimé au nom de tous, en des termes pleins de dignité, pleins de retenue, parce que la Corse sait ce qu’est une épreuve. La Corse sait ce qu’est une tragédie. La Corse sait aussi ce qu’à un moment, il est nécessaire d’appeler à la cohésion, à la dignité et à la solidarité. Parce que la Corse, elle, quand elle a été frappée, elle s’est relevée toujours, comme la France, avec cette même force, cette même conviction que ce sont les valeurs de la République qui nous élèvent et que nous devons chasser l’esprit de division, de discorde, d’amalgame et de confusion et que là encore, c’est dans ce moment où la France s’est réunie, qu’elle ne doit pas oublier l’exigence du rassemblement autour des valeurs de la République. »

source article : http://francoishollande.fr

Laisser un commentaire