Actualités sur Google

Creative France: les producteurs de contenus se regroupent

Alors que l’industrie culturelle a été pour la première fois définie par T. Adorno, en 1947, elle prend aujourd’hui une nouvelle dimension en France en se réunissant autour de l’organisation Créative France.  Dans les années 1990, la notion d’industrie créative a émergé dans le monde anglo-saxon, proche de la précédente, elle fait également référence à l’invention, elle ne repose pas systématiquement sur l’utilisation ou la création de contenus relevant de la propriété intellectuelle. Malgré ces spécificités, le regroupement des acteurs de la filière atteste de son dynamisme retrouvé, l’étude du cabinet E&Y finit de nous en convaincre.

Un secteur pour soutenir le redressement industriel ?

L’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science, et la culture (UNESCO) rappelle que la spécificité des biens et services culturels, est d’apporter « en plus de leur valeur économique, une valeur sociale contribuant au bien-être collectif ». Avec les chiffres de l’étude E&Y, on s’aperçoit déjà que les ICC génèrent près de 74 milliards d’euros de chiffre d’affaires, et se situent ainsi devant l’industrie automobile et la filière du luxe.

Le rassemblement des acteurs de la culture

Outre ses performances économiques, l’étude est aussi l’occasion de faire un panorama complet des acteurs de la culture. Dans le rassemblement on dénombre notamment la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV), ou encore la Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes (ADAMI). L’analyse du journal Le Monde nous éclaire un peu plus sur les enjeux de ce regroupement. L’article d’Alain Beuve-Méry, L’Industrie culturelle s’organise en lobby, évoque notamment les échéances européennes.

Un secteur qui attire l’attention des pouvoirs publics

A la suite de la parution des travaux de Marc Lhermitte (E&Y), la ministre de la culture Aurélie Filippetti a assuré qu’ils feraient l’objet d’une communication du conseil des ministres à la fin du mois de novembre. Le directeur général de la Sacem, M. Tronc,  précise : « Nous voulons expliquer que les ICC, avec leur 1,2 million d’emplois en majorité non délocalisables, répartis sur l’ensemble du territoire, et leurs 74,6 milliards d’euros de contribution à l’économie française sont une partie de la solution au défi national de la croissance et de l’emploi ».

 

Laisser un commentaire