Actualités web

La MPAA dans le piège du piratage ?

Comme le montre le la récente consultation organisée par le journal 20 minutes, la fermeture du site ThePirateBay ne semble pas suffisante pour faire reculer le téléchargement illégal. Parallèlement, le piratage de Sony Pictures a révélé que la Motion Picture Association of America (MPAA) aurait finalement reçu des dédommagements de Hotfile, près de 20 fois inférieurs aux montants annoncés. Fermer les sites n’aurait donc pas l’effet escompté sur les pratiques et ne permettrait pas non plus de compenser les pertes du secteur culturel… Devant ce terrible constat, et si la solution venait de Google ?

Pour les nombreux internautes interrogés par 20Minutes.fr : «Fermer un site n’a aucun effet, ça contribue juste à l’avènement d’un nouveau». En effet, après megaupload et la galaxie Allo Streaming, la décision de fermer The Pirate Bay continue d’interroger sur l’efficacité des réponses législatives et pénales aux problèmes du piratage…

Autre exemple que l’on pourrait citer et qui vient de faire l’actualité suite aux révélations de Torrent Freak: le cas Hotfile. Selon le magazine qui cite les mails piratés de Sony Pictures fin 2014, le site Hotfile aurait finalement versé un vingtième des sommes réclamées par la MPAA afin de compenser les pertes de chiffre d’affaires générées par l’activité de la plateforme illégale.

Tant sur l’offre disponible que sur les indemnités, la fermeture des sites pirates ne semblent pas apporter une réponse appropriée aux enjeux du secteur culturel ! D’ailleurs l’organisation américaine vient de lancer le projet Goliath afin de mettre la pression sur Google. Une stratégie qui s’annonce déjà payant puisque le moteur de recherche a déjà modifié son algorithme…

Une simple mesure technique pourrait effectivement produire un fort impact sur le nombre de fichiers téléchargés illégalement à en croire Pascal Nègre et Marc Guez, respectivement président et directeur général de la Société Civile des Producteurs phonographiques (SCPP). En s’appuyant sur les chiffres de l’IFPI (International Federation of Phonographic Industries), les deux hommes affirment qu’il existe « une forte corrélation entre la fréquentation de ces sites et le nombre de contenus piratés, ce qui signifie que le piratage a bien baissé d’un tiers après ce simple geste de Google »…

Laisser un commentaire