Finance-Economie

Le Gabon entre dans la modernité

Le Gabon qui s’affirme comme l’une des premières économies du continent, entre dans la modernité. En plus de la féminisation de la société, la montée en puissance des partenaires sociaux témoigne des progrès déjà accomplis. Une nouvelle donne qui bénéficie avant tout au secteur privé, comme lors du Forum International Afrique Développement ou du New York Forum Africa

Alors que l’Index of Economic Freedom classe le Gabon au 15ème rang des pays d’Afrique subsaharienne, le Fonds Monétaire International s’est montré optimiste à propos du Plan Stratégique Gabon Emergents (PSGE), dans le rapport sur les perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne. Pour la directrice adjointe du département Afrique au FMI, Anne Marie Gulde Wolf, « il faut améliorer l’environnement des affaires, améliorer la qualité de l’éducation et de la formation professionnelle ainsi que des réformes du cadre juridique et réglementaire pour soutenir la création d’emplois dans le secteur privé ».

C’est notamment pour répondre à ces objectifs, que le président Ali Bongo a décidé de nommer des femmes aux postes clés de son régime. Remarquées par le journal Jeune Afrique, la maire de Libreville, Rose Christiane Raponda, la présidente de la confédération patronale, Madelaine Berre, la procureure de la République au tribunal de première instance de Libreville, Sidonie Flore Ouwé, et la conseillère spéciale du président, Rose Allogo Mengara, contribuent effectivement à apaiser la société. Même si elles ont dû « se battre pour changer les mentalités et faire reconnaître leur mérite », « elles sont enfin unanimement considérées comme faisant partie du cercle restreint des personnalités les plus influentes du pays ».

Autre signe qui atteste de l’évolution de la société gabonaise, le rôle des syndicats professionnels est de plus en plus déterminant. Dans l’actualité, plusieurs conflits sociaux ont pu ainsi être évités grâce notamment à l’action des délégués du personnel des entreprises. C’est le cas à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) mais aussi au sein de l’opérateur historique Gabon Telecom. Avec ce dernier exemple, on constate le bon fonctionnement de la société civile puisque « sous l’égide de Pastor Ngoua N’neme, le ministre gabonais de l’économie numérique », les grévistes et la direction de GT ont pu ouvrir les négociations qui ont finalement entrainé la reprise d’Internet…

Après la participation remarquée de la délégation gabonaise au trophée du de la coopération Sud-Sud lors de la 3ème édition du Forum International Afrique Développement, le pays organise pour la quatrième année consécutive Le New York Forum Africa. Cette manifestation qui aura lieu du 29 au 31 août 2015, témoigne de la nouvelle attractivité du pays. Le premier salon panafricain du continent organisera par exemple cette année, en collaboration avec Le Point Afrique, le prix de la meilleure jeune entreprise. Tandis que les inscriptions au concours sont ouvertes depuis le 26 février, les travaux des intervenants porteront plus spécifiquement sur les investissements dans le secteur énergétique.

 

Laisser un commentaire