News Referencement & NTIC

La technologie numérique au service de la simulation nucléaire

Engagé dans un grand programme de rénovation et de modernisation de son parc nucléaire, le groupe EDF investit massivement ces derniers années pour adapter ses outils de gestion aux nouvelles technologies numériques existantes. Des nouveaux dispositifs qui offrent à l’ensemble des filières nucléaires en matière de production et de recherche et développement, de nouvelles perspectives pour une gestion des installations et une production d’électricité plus sûres et plus efficientes.

Souhaitant à la fois optimiser la production de ses centrales nucléaires et prolonger leur durée d’exploitation, le groupe énergétique français EDF prévoit dans le cadre du Grand carénage, de moderniser de manière significative le fonctionnement de ses installations. Si l’ensemble des outils de production seront renouvelés (générateurs de vapeur, alternateurs, etc.), les salles de commande et de gestion des unités de production devraient être elle aussi totalement repensées. Les progrès de l’informatique et du numérique offrent désormais de multiples possibilités d’optimisation et cela aussi bien pour la production que pour l’application des procédures de sécurité et d’urgence.

Dans ce cadre et pour accompagner toutes ces modifications à venir, le Campus Formation du site de Paluel en Haute-Normandie, a récemment été rénové et modernisé via un programme de 4 millions d’euros d’investissements, concernant à la fois l’immobilier et les équipements pédagogiques dédiés à la formation des salariés. Les nouveaux modes de pilotage numériques prévus dans le cadre du Grand carénage, nécessitent en effet des moyens de formation modernes et efficaces pour garantir l’adaptation des compétences des intervenants aux évolutions de leur métier.

Un tout nouveau simulateur de conduite numérique, unique au monde et reproduisant à pleine échelle une salle de commande de réacteur avec 220 écrans tactiles et sensitifs a donc été installé pour un budget de près de deux millions d’euros. Une technologie dernière génération qui offre de nouveaux outils pédagogiques aux agents de conduite, aux automaticiens et aux informaticiens industriels pour se former aux nouveaux matériels qui seront installés dès 2015.

Si l’objectif du groupe EDF est ici avant tout de faciliter la formation de ses agents, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a quant à lui fait de la simulation numérique un outil indispensable dans le cadre de la recherche nucléaire. En effet, les possibilités ouvertes par la simulation sont multiples et permettent notamment d’explorer des situations difficilement accessibles (notamment le comportement des installations en situation accidentelle), de confronter les modèles théoriques à l’expérience, et d’optimiser les coûts et les durées de conception.

Plus concrètement, ces simulations numériques sont obtenues par la modélisation des observations issues des expériences réalisées par les chercheurs et leur conversion en codes informatiques. Agrégés et homogénéisés par des spécialistes du traitement informatique, ces codes ont donné lieu à quatre plateformes correspondant aux quatre grandes disciplines de recherche du CEA : neutronique, thermo-hydraulique, comportement des matériaux sous irradiation et mécanique de structures. Comme l’explique le site IT (Industries et technologies), des outils de couplage permettent par la suite de combiner ces plateformes pour simuler des applications spécifiques (combustible, stockage des déchets, réacteurs de deuxième ou de troisième génération, etc) et améliorer ainsi leur traitement.

Crédits photo : EDF

Laisser un commentaire