Finance-Economie

0ptimiser le potentiel du cinéma français pour la SVOD ?

SVaD

unesco_logo_enPour le 10ème anniversaire de la convention sur la diversité culturelle, l’UNESCO organisait le 30 mars dernier, une table ronde sur « la coopération cinématographique au service de la diversité des expressions culturelles »…

Une réflexion très contemporaine, à l’heure où Netflix débarque en France avec son offre de Vidéo à la Demande par Abonnement (VàDA/SVOD) et qu’une étude réalisée par le cabinet E&Y analyse « le potentiel économique du film français sur les plateformes numériques de Vidéo à la Demande (VàD ou VOD)».

Le cinéma français doit entamer sa transformation 2.0…

Le cinéma et la diversité culturelle, deux ambitions françaises

Comme le rappellait le Centre National du Cinéma français à l’occasion de la réunion programmée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, « le cinéma est un domaine emblématique des politiques visant à protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles ».

logo_cnc1_fleur-pellerinEn France, la question du financement public du cinéma anime d’ailleurs régulièrement les débats dans les milieux politico-culturels. Ainsi, lors de la cérémonie des Césars 2015, la ministre de la Culture Fleur Pellerin s’est par exemple félicitée de la hausse des crédits d’impôts cinéma, votée en décembre à l’Assemblée Nationale.

La révolution numérique lance le marché de la Vidéo à la Demande

Pourtant, avec la révolution numérique, les modes de consommation de contenus vidéo sont en pleine mutation. Après l’industrie musicale, c’est effectivement l’industrie cinématographique qui est confrontée au même double phénomène : la dématérialisation des contenus et un piratage massif des produits culturels en ligne.

Afin de mieux rentabiliser les investissements dans le secteur et de « préserver l’exception culturelle française », le rapport Lescure préconisait déjà en 2013 de renforcer l’offre légale accessible. Malgré le succès des formules en « replay », le CEO de WhatsHotMedia, Pascal Lechevallier, expliquait en septembre que l’arrivée de Netflix oblige désormais les acteurs européens à améliorer l’offre de Vidéo à la Demande.

Vers un service de Vidéo à la Demande européen ?

E&Y propose de valoriser le film français par la Vidéo à la Demande

Après Gfk et Xerfi, c’est au tour du cabinet E&Y de s’intéresser à l’émergence du marché de la Vidéo à la Demande. Le 25 mars, le document intitulé Les nouveaux marchés du cinéma français et européen a donc été rendu accessible au grand public, et propose de faire du numérique « un nouveau levier pour la circulation intracommunautaire et l’export ».

Selon les résultats de l’étude commandée par UniFrance films, « le cinéma français est actuellement sous-représenté sur les plateformes VoD et SVoD internationales ». Derrière ce constat, les auteurs des travaux dénoncent un manque à gagner pour le secteur culturel français alors que le marché mondial des nouvelles plateformes numériques pourrait atteindre les 20 milliards d’euros en 2020.

Ernst-YoungDeux recommandations pour améliorer la rentabilité des productions françaises

Actuellement, les revenus issus de l’exploitation en VàD ou VàDA des films français sont estimés à 61 millions d’euros alors que les recettes en salle des films français à l’international s’élevaient en moyenne à 298 millions d’euros par an entre 2010 et 2013. Dans un scénario optimiste, le film français pourrait générer jusqu’à 75 millions d’euros en 2020 avec la VàD, atteignant ainsi 25% de parts de marché à l’exportation.

jean-paul-salomeAvec ces chiffres, Jean-Paul Salomé, Président d’UniFrance films souligne l’importance « d’anticiper les revenus futurs de la VOD et de la SVOD (…)  dont le développement sera essentiel à la croissance du cinéma ». Pour y parvenir, le rapport recommande dans un premier temps d’optimiser la place des films français et européens sur les plateformes internationales, mais aussi de réfléchir à la création d’une plateforme européenne qui favoriserait les films « d’auteurs » ou « culturels-populaires »…

Laisser un commentaire