A lire

Financement du terrorisme : le bitcoin dans le collimateur de l’Europe

Après les attentats du 13 novembre, toutes les pistes sont utilisées pour affaiblir l’EI. Les ministres européens des Finances souhaitent que les monnaies virtuelles, en particulier le bitcoin, soient mieux encadrées et subissent une surveillance accrue.

Bitcoin désigne un système de paiement, et donc une monnaie virtuelle à travers le réseau Internet. Celui-ci est déjà au cœur de nombreuses polémiques, et de nombreux pays se sont opposés à son utilisation. Réunis au sein du G7, ces responsables veulent durcir les règles concernant l’utilisation de ces devises virtuelles. Les ministres justifient leur démarche dans la mesure où ils soupçonnent l’organisation État islamique d’utiliser cette monnaie pour transférer ses propres fonds.

L’Europe veut revoir les modalités concernant les transferts de fonds, en particulier ceux permis par les nouvelles sociétés du secteur. Celles appelées Fintech, ces entreprises permettent d’échanger des sommes d’argent entre professionnels ou particuliers.

On ne connaît pas le contenu précis et complet de la réunion entre les différents ministres des Finances, il n’a pas été communiqué, car tout doit rester confidentiel. Cependant, il apparaît urgent que l’Europe mette en place des mesures visant à agir en matière de financement du terrorisme, l’argent restant toujours le nerf de la « guerre ». Dans cette optique, les ministres ont indiqué qu’une attention toute particulière sera dirigée en direction des monnaies virtuelles.

Crédit photo :  Zach Copley

Laisser un commentaire