A lire

Une étude Danoise démontre que Facebook est un facteur de stress

Les conséquences d’une utilisation trop intense de nos ordinateurs sur notre santé ne sont plus à démontrer. Des chercheurs ont, cette fois mis en lumière la relation entre Facebook et stress.

Grâce à Facebook, vous ne ratez pas une miette de la vie des gens. Il se passe toujours quelque chose qui apparaît important. Des chercheurs danois ont cherché à comprendre quelle incidence cette addiction pouvait avoir sur notre santé mentale. Ils ont constaté que Facebook avait des conséquences négatives sur notre développement psychologique.

Les chercheurs danois du Happiness Research Institute de Copenhague ont étudié 1095 « accros » de Facebook. Deux groupes, le premier n’a rien changé à ses habitudes et a continué à surfer sur le réseau social, le second a été totalement coupé de Facebook pendant une semaine.

Les chercheurs ont posé les mêmes questions sur leur état psychologique général, et tout ce qui avait trait à leur moral avant et après l’expérience. Tous les « déconnectés » se sont sentis moins stressés, plus heureux et plus aptes à se concentrer après. Ils sont plus disposés à discuter, et donc au final beaucoup moins seul.

Pour certains, le sevrage a été très dur, mais tous ont reconnu les effets positifs de cette « déconnexion ». Le problème des réseaux sociaux, est qu’ils poussent les gens à se comparer et entraîne des sentiments négatifs chez les utilisateurs. Si après une semaine, les gens se sentent mieux loin de leurs écrans, la prochaine étape est de réitérer cette coupure sur une période plus longue.

Crédit photo : Pierre Lognoul

 

 

Laisser un commentaire