A lire

YouTube recrute pour la chasse aux commentaires malveillants

Un des soucis actuellement de YouTube, c’est la surveillance du flot de commentaires sous ses vidéos. Les messages les plus vulgaires, les insultes, et autres propos racistes qui s’affichent à la suite du player doivent être obligatoirement retiré par la filiale de Google. Un travail lourd souvent fait par des robots. Pour gagner en efficacité, la plateforme a lancé cette semaine le programme « YouTube Heroes ».

L’idée est assez classique, convaincre certains utilisateurs, de signaler les propos malveillants des autres. Sur plus d’un milliard d’utilisateurs, on doit pouvoir en trouver, qui devront signaler des contenus inappropriés, ajouter des sous-titres aux vidéos et partager leurs connaissances avec les autres utilisateurs via le forum YouTube.

Pour attirer ces nouveaux dénonciateurs, YouTube promet, non pas une contrepartie pécuniaire, mais un processus « gamifié », avec des points gagnés pour chaque tâche accomplie, qu’il faut accumuler pour franchir des paliers et gagner des avantages à faire valoir auprès de You Tube.

Le concept ne semble pas forcément plaire aux internautes. Pour le lancement de l’opération, les commentaires y sont désactivés, et le clip de présentation affiche un nombre croissant de « je n’aime pas » (plus de 160 000 à cette heure).L’enjeu pour la filiale de Google, n’est pas simplement juridique. Comme tout est basé sur la publicité, et que les annonceurs n’aiment pas les contenus ayant mauvaise presse, il faut donc faire le ménage. Une nouvelle politique appelée « advertiser friendly » a été mise en place pour correspondre aux exigences des annonceurs.

La chasse est ouverte à propos des vidéos, comportant une de ces trois types de particularités. Le caractère sexuel « y compris les scènes de nudité partielle ou d’humour à caractère sexuel », le caractère « controversés ou sensibles », autrement dit les guerres et conflits politiques « même si des images choquantes ne sont pas diffusées » ainsi que le caractère violent et faisant la promotion de drogues, etc…

Désormais, les publicités peuvent être retirées des vidéos et leurs auteurs ne gagneront pas d’argent. La plate-forme continue son travail de lissage des contenus pour ne pas froisser les publicitaires.

Les nouveaux « Heroes » auront donc la lourde tâche de participer à ce processus.

Crédit photo :  Rego Korosi

 

 

Laisser un commentaire