A lire

France : une plateforme pour finir avec les zones blanches

En France, il reste de nombreuses zones où le mobile ne passe pas, ou très mal. Conscient que cela engendre de plus en plus ce que l’on appelle une véritable fracture numérique, la secrétaire d’Etat chargée du numérique et de l’innovation, Axelle Lemaire, a annoncé le lancement de la plate-forme France Mobile pour accélérer l’éradication des zones blanches et grises.
Le numérique, prend une place importante dans la vie actuelle, et ne pas y avoir accès peut devenir un réel handicap. Cette plateforme va permettre aux élus locaux de présenter et de signaler, de façon concrète, sur un site Web dédié, les problèmes de couverture mobile dans les territoires. Il convient de faire rapidement le point sur les cas les plus sensibles et les plus urgents. Le communiqué d’Axelle Lemaire précise, « avec France Mobile, nous inaugurons un outil innovant, transparent, pour améliorer la couverture mobile en partant de la réalité des besoins exprimés sur le terrain ».
Bien sûr, il ne s’agit pas uniquement de lister les problèmes même s’ils sont multiples, couverture partielle d’une commune, difficultés localisées de réception, couverture assurée par certains, mais pas l’ensemble des opérateurs (zones grises). Il faut dans un deuxième temps que les opérateurs trouvent les solutions adéquates. Si ce n’est pas le cas, les collectivités locales pourront se retourner en dernier lieu vers l’État, qui pourra apporter un soutien financier pour construire jusqu’à 1 300 sites mobiles d’ici à 2020.
Ce n’est pas la première initiative en ce sens, et à l’heure actuelle, 91 % de ces centres-bourgs sont couverts en 2G (voix et SMS), révélait l’Arcep dans son Observatoire des zones peu denses, publié fin novembre. Cependant, avec France Mobile, il s’agit pour l’État de couvrir au-delà de la couverture des seuls centres-bourgs. Dans certains cas, l’installation d’une antenne (en général devant la mairie) ne suffit pas à couvrir toute la commune et les hameaux alentour.
Crédit photo : Thomas ROGERE

 

 

Laisser un commentaire