A lire

Palmer Luckey, l’inventeur de l’Oculus Rift, quitte Facebook sans gloire

La vie est faite de haut et de bas, et pour Palmer Luckey, l’inventeur du casque de réalité virtuelle l’Oculus Rift, on serait plutôt dans une phase de bas. Après de multiples scandales, et déboires judiciaires, il vient de quitter Facebook.
Palmer Luckey, s’est fait connaitre et a commencé son ascension en 2012 grâce à une campagne de financement participatif par le biais de la plateforme Kickstarter. Alors qu’il espérait lever 250 000 dollars, l’équipe de Palmer Luckey a finalement obtenu 2,4 millions de dollars. Ce qui en fait l’une des meilleures campagnes de financement participatif. Au bout du compte, en décembre 2013, Oculus a levé 75 millions de dollars pour commercialiser son produit phare et l’adapter ensuite à des domaines tels que l’éducation, le cinéma, l’architecture ou le design.
Il n’en faut pas plus pour que Marck Zuckerberg contacte Palmer Luckey pour des négociations qui aboutissent au rachat d’Oculus par Facebook en mars 2014. Le patron de Facebook est convaincu d’avoir fait une très bonne opération.
C’est alors, que les choses vont se compliquer, car la commercialisation ne va pas se passer comme prévu. Alors que les premiers prix annoncés devaient se situer autour de 350 dollars, la firme a finalement fixé un prix de départ à 600 euros. Palmer Luckey avait notamment justifié ce prix par la présence de nombreux gadgets. Cependant, malgré une forte médiatisation et un réel intérêt du public pour cette technologie, les casques de réalité virtuelle ne rencontrent pas le succès commercial escompté. La firme a par la suite annoncé une baisse de 100 dollars sur le prix du casque et sur la manette Oculus Touch au début du mois de mars.
A cela, il faut rajouter, qu’en février dernier, un tribunal du Texas a condamné la société de réalité virtuelle Oculus pour vols de technologies et violation des clauses de confidentialité. Palmer Luckey avait dissimulé des accords entre Oculus et ZeniMax lors des négociations avec Facebook. Les juges l’ont condamné à verser 50 millions de dollars à ZeniMax. Facebook doit également verser 300 millions de dollars à cet éditeur de jeux vidéo.
Pour finir, le jeune californien a investi des sommes importantes dans le groupe pro-Trump Nimble America. Cette organisation très active pendant la campagne américaine s’est fait connaître en diffusant des messages racistes, misogynes à l’encontre de la candidate démocrate Hillary Clinton. Cela n’a pas vraiment remonté son image et une déclaration comme, « j’ai beaucoup d’argent. L’argent n’est pas un problème. J’ai pensé que je m’amuserais bien en finançant tout cela » alimente la polémique sur le parcours de cet inventeur.
« Too much, too young »

Crédit photo :  psyounger

 

 

 

 

Laisser un commentaire