A lire

Mastodon : le réseau social qui veut se faire plus gros que Twitter

Il existe une vie sans Twitter ou Facebook, et même quand on est accro aux réseaux sociaux. C’est le message que lance Mastodon, un réseau social ouvert, que chacun peut modifier et adapter comme bon lui semble.
Les utilisateurs du Web professionnel de Twitter ne seront pas vraiment dépaysés, car la ressemblance est grande. On retrouve donc sur Mastodon, un partage de « pouets » à la place de tweets. Il sera possible de suivre des profils, ou être suivi, et même « booster » (retweeter), et bien sûr, ajouter aux favoris, suivre des timelines ou encore recevoir des messages privés.
Mastodon, c’est surtout un logiciel open-source, que chacun peut modifier et rendre accessible par navigateur ou application. Cependant, la grande différence se situe au niveau de la philosophie générale de fonctionnement. Twitter, comme tant d’autres, est un service de réseau social centralisé, qui ne permet pas d’installer le logiciel qui le fait fonctionner. Twitter conserve la propriété exclusive de son code source.
Pour sa part, Mastodon est un logiciel de réseau social décentralisé, dont le code source du réseau social est en libre accès. Il sera possible de le télécharger, de l’installer, et éventuellement de le modifier, mais aussi le rendre utilisable sur des adresses choisies.
Ces adresses où des utilisateurs ont installé Mastodon sont appelées des « instances ». Plusieurs comptent déjà beaucoup de membres, Mastodon.social par exemple en dénombre 41 703 et commence même à saturer.
Sa sortie, il y a six mois est passée un peu dans l’indifférence générale. Cependant, c’est l’évolution de Twitter, qui a changé ses paramètres pour ressembler de plus en plus à Facebook, qui l’a remis sur le devant de la scène. Des personnes très suivies sur Twitter, ont décidé de rejoindre cette nouvelle communauté.
Mastodon n’est pas le premier réseau social, qui a essayé de se faire une place, et de concurrencer Twitter et Facebook. Le plus dur est à venir, car il semble difficile de faire basculer un nombre très important d’utilisateurs vers soi et les garder sur une longue période.

Crédit photo : Aaron Parecki

Laisser un commentaire