A lire

Vos empreintes digitales bientôt sur les cartes de paiement

En matière de sécurité, quand il s’agit de notre argent, on ne rigole plus du tout. C’est pour cela, que les cartes bancaires font l’objet de toutes les attentions. Les prochaines cartes de ce type, devraient bientôt être équipées d’un capteur d’empreintes digitales.

« Avec une expérience croissante de la biométrie, les consommateurs en reconnaissent de plus en plus la praticité et la sécurité« , explique Ajay Bhalla, President Global Enterprise Risk et Security. Pourquoi donc, ne pas l’utiliser pour les cartes bancaires ?

On en parle beaucoup, par exemple du côté de chez Mastercard, qui devrait dévoiler une carte d’une nouvelle génération, qui allierait la traditionnelle puce, et la biométrie avec les empreintes digitales. Cela permettra de confirmer de façon pratique et sécurisée l’identité du titulaire de la carte, lors des achats en magasin.

Il suffira simplement pour le titulaire de la carte, de faire enregistrer simplement son empreinte digitale auprès de son établissement financier. L’empreinte digitale sera convertie en un modèle numérique crypté, qui sera stocké sur la carte.

Pour un achat, le détenteur de la carte l’insère tout simplement dans le terminal de paiement, puis il posera ses doigts sur le capteur intégré dans la carte, afin de vérifier l’empreinte digitale. Si la correspondance biométrique est établie, la transaction peut ainsi avoir lieu.

Des tests ont déjà été menés en Afrique du Sud, ils vont être poursuivis en Europe et en Asie avant une mise en action générale. En outre, ces cartes devraient aussi bénéficier de la technologie sans contact pour faciliter les passages en caisse.

D’autres initiatives sont en cours, et plusieurs banques françaises proposent à leurs clients de ne plus taper un code confidentiel, mais de valider un paiement en apposant leur doigt sur leur téléphone portable équipé d’un lecteur d’empreintes digitales.

En juin, la Banque postale va aussi proposer à ses clients de valider une transaction en parlant.

Crédit photo : Thomas Kholer

 

 

Laisser un commentaire