Actualités web

Daesh s’est maintenant doté de son propre réseau social

L’information n’est pas à prendre à la légère, car elle émane du directeur d’Europol. Ce dernier, aurait confirmé que le groupe Daesh disposait désormais de son propre réseau social afin de diffuser sa propagande et échapper ainsi à la traque qui s’effectue sur les réseaux sociaux classiques.
C’est une nouvelle étape dans la traque du groupe État islamique et de sa propagande sur internet. Celui-ci aurait mis au point un réseau social à son usage exclusif, a indiqué le directeur d’Europol Rob Wainwright.
Cette déclaration, fait suite à une vaste opération sur les réseaux sociaux, qui a duré 48 heures contre l’extrémisme sur Internet. Cette opération coordonnée par Europol, a réuni les États-Unis, la Belgique, la Grèce, la Pologne et le Portugal. Elle a permis d’identifier plus de 2 000 individus extrémistes abrités sur 52 plates-formes des réseaux sociaux.
Comme l’a précisé Rob Wainwright, « lors de cette opération, il a été révélé que l’EI développait désormais son propre réseau social, sa propre présence sur Internet afin de promouvoir ses idées ». Il ajoute, que « cela montre que certains membres de Daech continuent d’innover dans cet espace.
Dans le passé, les djihadistes avaient prouvé leurs remarquables facultés à trouver des stratagèmes pour diffuser régulièrement leur propagande et pour leurs communications publiques. Ils avaient déjà mis au point des messageries cryptées pour leurs communications privées. Cependant, créer son propre réseau social prouve que les djihadistes contournent les actions des agences de renseignements, des services de police et du secteur des technologies qui les pourchassent.
L’importance et l’enjeu de ce réseau social pour eux est primordial, car l’avantage des réseaux sociaux est de pouvoir donner facilement une impression de force et de puissance factice à l’aide de montages vidéos et d’utilisation d’artifices qui captent et enferment les sujets captifs. Ils compensent ainsi leurs déboires sur le terrain.
Le jeu du chat et de la souris continu donc, et le patron d’Europol avoue ne pas savoir pour l’instant, si la lutte contre ce nouveau réseau social spécifique sera plus difficile à mener d’un point de vue technique.
Il confirme dans tous les cas que « l’Europe affronte le plus haut degré de menace terroriste depuis une génération ».

Crédit photo : thierry ehrmann

 

Laisser un commentaire