A lire

La justice allemande refuse à des parents, l’accès au Facebook de leur ados décédée

Cela ressemble fort à ce que l’on appelle un cas d’école, qui pousse à la réflexion. La justice allemande a refusé à des parents, l’accès au contenu Facebook publiés par leur fille, une adolescente décédée. Le réseau social a invoqué le respect de la vie privée.
La démarche du couple devait consister à récupérer les contenus postés par l’adolescente sur Facebook avant son décès pour mieux comprendre les circonstances de sa mort. Les parents, espéraient peut-être faire la part des choses entre un accident ou un suicide, en trouvant par exemple des écrits suggérant qu’elle a pu mettre fin à ses jours.
En 2012, la jeune fille, alors âgée de 15 ans, avait été percutée par une rame de métro à Berlin. Le couple invoque le fait que les contenus figurants sur le compte Facebook de leur fille, sont de même nature que des journaux intimes ou des lettres qui peuvent revenir aux proches après un décès.
C’est le sens qui avait été reconnu par le procès en première instance. Les parents avaient obtenu gain de cause, car le tribunal de Berlin, avait estimé, que le contrat passé entre l’internaute et Facebook entrait dans le champ de la succession, y compris les contenus numériques publiés sur le compte.
De plus, la défunte étant mineure, ses parents avaient naturellement le droit de savoir quand, et avec qui, elle communiquait sur Facebook, selon la juridiction. Cependant, Facebook a fait appel avec succès pour ne pas avoir à communiquer ses informations aux parents. Le réseau social a fait valoir un autre versant de l’affaire. En effet, l’accès aux données de l’adolescente, pourrait violer les contenus privés d’autres utilisateurs qui communiquaient avec elle, et donc la justice allemande a finalement donner raison à Facebook.
Il est évident que des affaires similaires vont continuer à émerger du fait de l’utilisation de plus en plus massive des réseaux sociaux. Si chaque histoire est particulière comme c’est les cas ici, très délicate, chaque décision devra servir de référence pour bien faire la part des choses.

Crédit photo : Sarah Marshall

Laisser un commentaire