A lire

La censure du gouvernement chinois, fait plier Apple

Quand le gouvernement chinois exige quelque chose, il est difficile de lui résister. La firme Apple, en a fait elle aussi l’amère expérience. Elle doit se résoudre à retirer de l’Apple Store chinois les applications permettant de passer outre la censure du web.

La censure des autorités chinoises, continue sur le Web. Ainsi, à la demande de Pékin, Apple a fait retirer de son Apple Store chinois, tous les VPN.

Le gouvernement chinois ne voit pas d’un bon œil l’utilisation que l’on peut faire avec ses logiciels qui permettent de contourner la censure des nombreux sites interdits sur l’Internet chinois comme Google, YouTube, Facebook, mais aussi les sites des médias.

Cette exigence, représente exactement une des nombreuses conséquences du contrôle toujours plus puissant qu’exerce l’État chinois sur la société, et les médias chinois depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2012.

La répression s’est nettement focalisée depuis quelque temps sur le net. Une action gouvernementale a été mise en place, avec pour mission de « nettoyer l’Internet ». Il s’agit de bien préparer et d’éviter toutes contestations avant le congrès géant qui doit confirmer le président chinois pour un nouveau mandat.

Du côté de la marque à la pomme, on continue une politique de collaboration avec le régime chinois pour compenser de nettes difficultés d’implantation dans le pays. C’est la raison pour laquelle le géant Américain, a annoncé la semaine dernière la construction d’un data center dans le sud de la Chine. Le but de cette réalisation est de se mettre en conformité avec une nouvelle loi de protection des données qui oblige les entreprises opérant sur le territoire chinois, de conserver leurs données dans le pays, et de les tenir à la disposition des autorités sur demande.

Concernant les VPN, le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information s’est voulu tout de même rassurant en relativisant sa mesure auprès des entreprises. Il a précisé, que les VPN internes utilisés par les grands groupes pourraient continuer à fonctionner, à condition de recevoir des autorisations.

Crédit photo : chaFL

Laisser un commentaire