A lire

Google et l’ALPA signe un accord contre la piraterie audiovisuelle

L’ALPA, Association de Lutte contre la Piraterie audiovisuelle, continue son action de lutte contre la piraterie et la mise en ligne de contenus audiovisuels ne respectant pas le droit d’auteur. Dans cette mission, elle est largement soutenue, voire poussée par le ministre de la Culture. C’est dans ce cadre, que l’association vient de signer un accord avec Google.

En ligne de mire de l’ALPA, c’est YouTube. La plateforme de vidéos qui appartient à Google représente un lieu de diffusion importante et presque incontournable pour les contenus vidéo. De très nombreuses diffusions se font au détriment des droits d’auteur des producteurs légitimes.

Dans les faits, l’accord prévoit que Google puisse permettre aux associations autorisées d’avoir accès à son algorithme Content ID. Celui-ci, permet d’analyser automatiquement les contenus mis en ligne par les utilisateurs. Il permet de déterminer notamment si ceux-ci ne correspondent pas à une vidéo ou bande-son protégée par un droit d’auteur. Grâce à cet accord, YouTube va accueillir les ayants droits de sociétés défendant les œuvres d’artistes français au sein du filtre Content ID. Il s’agit d’assurer que leurs films et productions ne soient pas mis en ligne sans leur consentement sur YouTube. Jusqu’ici, l’algorithme, présent depuis plusieurs années, défendait essentiellement les artistes et les œuvres américaines.

En parallèle, et pour bien montrer sa bonne volonté, Google s’est également engagé à soutenir financièrement l’ALPA. L’accord est valable 3 ans reconductibles.

On retrouve aussi au cœur de cet accord, le Centre National du Cinéma (CNC), celui-ci étant directement concerné par le piratage, il fait confiance à l’ALPA dirigée par Nicolas Seydoux dans sa lutte. L’accord, qui a été signé au ministère de la Culture, est donc placé sous l’égide du CNC qui pourra jouer le rôle d’observateur et émettre des recommandations en cas de conflit. Il sera une sorte d’arbitre et veillera au bon déroulement de l’accord.

Les défenseurs de la complète liberté du net ne manqueront pas de faire remarquer une nouvelle atteinte a l’accès a la culture et au savoir.

Crédit photo : Jean

Laisser un commentaire