A lire

Greenpeace pas tendre avec les grandes entreprises de la tech

Voilà un rapport dont les géants de la tech se passeraient bien. L’ONG, écologiste Greenpeace, révèle qu’une grande majorité des entreprises du secteur, ne sont pas exempt de tous reproches en matière de respect de l’environnement. Cela fait un peu tâche pour des entreprises très pointilleuses sur leur image, et qui se veulent les industries d’un futur plus respectueux de l’environnement.

L’ONG, s’est penché sur 17 des grands acteurs des technologies et Gary Cook, membre de Greenpeace USA spécialisé dans l’industrie de la tech est clair dans sa critique. Il déclare, « les entreprises de la tech voudraient être à la pointe de l’innovation, mais leurs chaînes de production sont encore bloquées à la révolution industrielle ».

Le rapport est donc particulièrement dur, car il dénote un manque de progrès significatif depuis les précédents rapports. Il condamne aussi, une culture du flou volontaire dans les politiques menées en la matière.

Il faut bien avouer, que l’arrivée des constructeurs chinois comme Huawei, Oppo et Xiaomi qui ont émergé après le premier classement du genre, édité en 2011, n’ont pas arrangé les choses. Ces entreprises seraient particulièrement à la traîne en matière environnementale.

Greenpeace, dénonce des choix économiques privilégiant par exemple, le design qui raccourcirait la durée de vie des produits pour être remplacés rapidement, et irait au détriment des réparations simples. Ce serait le cas d’Apple, qui a cependant fait des efforts en matière de recyclage.

Pour Greenpeace, Apple n’est pas le pire en la matière. Amazon, qui communique pourtant sur son soutien d’une politique climatique pour les États-Unis, est critiqué sur le plan environnemental. Par exemple, si Amazon se tourne vers les énergies renouvelables pour ses serveurs, et construit actuellement des panneaux solaires, les chaînes de production de ces mêmes panneaux, laissent à désirer. De plus, Amazon ne dévoile aucune statistique sur le recyclage de ses produits et sa part d’énergie renouvelable. Pas étonnant donc, qu’Amazon termine à la dernière position des entreprises américaines.

Sans surprise, ce sont les entreprises chinoises qui occupent les dernières places du classement global. Huawei a bien du mal à contenir ses dépenses énergétiques, mais également en matière d’exploitation de la planète. Quant à Oppo, elle a tout simplement refusé à l’organisation toute consultation de ses données en matière environnementale. On accordera cependant aux entreprises chinoises, qu’elles ne mettent pas en avant des actions pour l’environnement afin de soigner leur image de marque

La note F, la plus mauvaise, a été décernée par l’ONG à Xiaomi, Oppo, Vivo et Amazon.

Crédit photo : Greenpeace USA

Laisser un commentaire