A lire

Le nouveau pelage de Firefox est plus sobre et épuré

Vous l’avez déjà peut-être remarqué, le petit renard roux de Firefox, a ravivé son pelage avec une série de changements. Il s’agit de mettre un frein à une forte érosion de ces sept dernières années. Sur le marché français, il est passé de 36 % à 21 % de parts de marché. Donc, il a fallu réagir et Firefox a sorti, ce qui représente tout de même la 57e version de Firefox, qui se veut plus rapide, plus épurée et plus simple.

Plus rapide, avec notamment des pages internet qui mettent moins de temps à se charger. Ce sont les utilisateurs possédant un appareil un peu vieillissant qui vont être contents, car ils auront moins de ralentissements.

L’apparence, a elle aussi largement évolué, car elle s’oriente vers plus de sobriété et d’épuration. On retrouve une barre de recherche, qui fusionne avec barre d’adresses pour laisser plus de place à la page Web.

Le but de ces changements, est évidemment d’attirer de nouveaux utilisateurs, sans faire fuir les anciens, donc de l’évolution, mais pas de révolution. C’est pour cela, que la souplesse de l’interface de Firefox permet de choisir ses éléments un par un. On peut ainsi retrouver un peu de l’interface des anciennes versions de Firefox.

L’évolution ne se limite pas au look et Firefox propose aussi de nouveaux outils. Tout d’abord, un outil de capture d’écran beaucoup plus pratique et facile à manier. Ensuite, Vous allez pouvoir aussi découvrir un bloqueur de publicité intelligent. Celui-ci empêche les sites publicitaires que vous avez visités, de vous proposer encore et encore l’image des produits que vous avez consultés.

Vous allez pouvoir découvrir de nouvelles choses, il faudra aussi dire au revoir à de vieilles extensions. Celles qui sont au format XUL notamment, ne sont pas compatibles avec Firefox 57. Seules les extensions modernes au format WebExtensions fonctionnent. Il faut rappeler qu’une partie des extensions de Firefox s’y sont converties depuis que le navigateur est devenu compatible, à la mi-2016.

Crédit photo : Francesco Lododo

 

 

Laisser un commentaire