A lire

Pokémon Go : le temps est au bilan des conséquences

En 2016, il a été quasiment impossible de passer à côté de l’engouement suscité par le jeu Pokémon Go. On a tous vu ces hordes de joueurs se balader dans les endroits les yeux rivés sur leurs smartphones. La fièvre est passée, et l’heure est aux différents bilans. Parmi eux, deux chercheurs se sont plus spécialement penchés sur les accidents et les incidents plus ou moins graves, générés par le jeu.

Même si de nombreux fans attendent les mises à jour avec impatience, ainsi que les nouveaux Pokémon, le temps est à l’analyse de ce phénomène. Mara Faccio et John McConnell, deux économistes de l’Université de Purdue située à West Lafayette dans l’Indiana, ont analysé les rapports des accidents routiers liés à Pokémon Go.

On ne peut pas dire, que leur étude fasse dans la dentelle, car elle met en évidence le coût de l’application sur l’économie de l’Indiana entre le 6 juillet 2016, date de sortie du jeu, et le 30 novembre 2016, soit 148 jours.

Les constats de l’étude sont sans équivoque. En effet, l’application serait responsable d’une hausse des accidents routiers de 47 % dans l’État de l’Indiana. Plus terrible encore, 31 blessés et 2 morts seraient directement liés à ce jeu selon les chercheurs.

Comme toujours, très rapidement le bilan s’est déplacé sur le plan financier, et nos deux chercheurs ont estimé le coût économique de l’application Pokémon Go à 500 000 dollars de dégâts matériels sur les voitures pour le seul état de l’Indiana. Si l’on rajoute, le coût des blessés et des morts, on arriverait selon les deux économistes à une estimation de 5,2 millions et 25,5 millions de dollars durant les 148 jours suivant sa sortie.

Cette étude ne concerne, que l’Etat de l’Indiana qui a certaines particularités, et les extrapolations peuvent être faites, mais sont à considérer avec précaution. Cependant, l’important est une nouvelle fois, d’alerter sur l’utilisation trop anarchique de ce nouveau compagnon de vie que représente pour beaucoup le smartphone.

On connaît ses implications sur la conduite au volant, mais elles concernent également les piétons, appeler les « smombies » (contraction de « smartphone » et « zombies ») qui ne quittent plus leur smartphone des yeux en marchant et ne font plus attention à la route, ni à ce qui se passe autour d’eux en règle générale.

Crédit photo : Don Bakhuizen

 

Laisser un commentaire