A lire

Bientôt, la traduction instantanée de toutes les langues

On en a tous un peu rêvé, d’une machine qui effectue la traduction instantanément de tout ce que l’on entend. Des écouteurs, qui permettent de comprendre ce qu’un Chinois, un Allemand ou un Grec vous disent, ce n’est clairement plus de la science-fiction. En effet, cela devient la réalité grâce aux avancées de l’intelligence artificielle (IA) dans le domaine de la reconnaissance vocale.

A première vue, rien ne distingue ces écouteurs munis de microphones, d’une oreillette sans-fil, et pourtant ils permettent d’enregistrer la voix de l’interlocuteur, et de l’envoyer en temps réel sur votre smartphone. Ensuite, un logiciel s’occupe de la traduction de manière instantanée, ce qui génère une traduction vocale envoyée aux écouteurs.

Donc, on l’a bien compris, les services d’intelligence artificielle, consommateurs en puissance de calcul, ne sont pas hébergés directement sur le téléphone, mais sur un serveur distant, qui nécessite une consommation importante de données mobiles, ou bénéficier d’un accès Wifi stable.

Ne cherchez pas encore des appareils comme cela en France, car les Pixel Buds de Google, ou le Pilot de Waverly Labs, ne sont pas encore disponibles. Le premier est sur le marché américain depuis octobre 2017, et il utilise le service web de Google Traduction. Le second n’en est qu’au stade d’un prototype ayant fait l’objet d’une campagne de financement participatif.

Toute la difficulté de cette opération, concerne la conversion de la voix en texte, et vice-versa. Il faut faire appel en fait, à des réseaux de neurones artificiels, qui sont utilisés, selon ce qu’on appelle l’apprentissage profond. Il s’agit pour le moteur de traduction de prendre en compte constamment les erreurs à partir des modifications suggérées par les utilisateurs pour s’améliorer. Ainsi, par exemple, le site web de Google Traduction, se perfectionne grâce à des phrases traduites par synthèse vocale depuis 2009. Aujourd’hui, 40 langues sont supportées par Google, contre 27 pour le Pilot de Waverly Labs.

Le système n’est pas parfait, car il reste le risque de petites erreurs, typiquement sur des mots présentant des doubles-sens. Nous avons tout de même hâte de voir se généraliser une technique, qui sera bien utile dans les voyages.

Crédit photo : Terry johns

 

Laisser un commentaire