Actualités sur Google

Le président français Nicolas Sarkozy victime de Google bombing

Le résultat de la recherche "trou du cul" sur Facebook mène en premier lien vers la page Facebook de Nicolas Sarkozy (DR)

Le président français Nicolas Sarkozy est victime depuis ce week-end de Google bombing à la veille des grèves du lundi 6 et mardi 7 septembre 2010 .

Cette méthode est un référencement sur le web faisant apparaître sa page officielle sur Facebook en 1ère position quand les internautes tapent le mot-clé suivant : trou du cul sur le numéro 1 des moteurs de recherche : Google

“Parfois, en faisant appel à cette pratique appelée Google bombing , des farceurs peuvent générer des résultats étranges”, a tenu à souligner Google ce lundi 6 septembre dans un communiqué.

“Dans ce cas précis, un certain nombre de webmestres ont utilisé l’expression en question pour pointer vers la page Facebook de Nicolas Sarkozy, la faisant ainsi remonter parmi les résultats de recherches liés à cette requête”, a précisé le groupe Google.

“Nous ne soutenons pas cette pratique, ni aucune autre visant à altérer l’intégrité de nos résultats de recherche, mais en aucun cas cette pratique n’affecte la qualité générale de notre moteur de recherche dont l’impartialité reste, comme toujours, au centre de notre action”, a de nouveau souligné Google.

Google indique que ses résultats “sont générés par un algorithme qui classe, entre autres, les pages web en tenant compte de la relative popularité des sites qui pointent vers ces pages”.

Définition du Google bombing :

Le Google bombing est une technique de référencement visant à influencer le classement d’une page dans les résultats du moteur de recherche Google.

Elle exploite une caractéristique de l’algorithme PageRank qui accorde un certain poids au texte avec un hyperlien vers une page.

Si plusieurs sites utilisent le même texte pour pointer sur la même cible, Google additionne ce poids et il devient possible de faire apparaître la page cible dans les résultats d’une recherche sur le texte contenu dans les liens pointant vers elle.

Par exemple, une personne enregistre de nombreux noms de domaine, puis les fait pointer vers un même site en utilisant le même texte : « … trou du cul ».

Toutes les personnes recherchant le texte « trou du cul » verront le site visé, même si ce texte n’y apparaît pas.

Ce comportement du moteur Google a été exploité principalement au sein des réseaux informels d’auteurs de blogs pour agir collectivement sur le classement d’un site. Selon des résultats empiriques, une poignée de blogs seulement serait nécessaire pour réaliser un Google bombing.

Son efficacité augmente avec le nombre croissant de sites qui publient ou dissimulent l’expression à détourner.

Ce phénomène ne relève ni du piratage ni d’une quelconque faille, il exploite la manière dont Google organise les résultats de recherche sur ses pages.

La technique a été la première fois détaillée le 6 avril 2001 dans un article d’Adam Mathes (La phrase « Google bombing » a été introduite dans le New Oxford American Dictionary en mai 2005), puis utilisée à maintes reprises à des fins ludiques, politiques et économiques par des internautes.


Laisser un commentaire