A lire

Arabie Saoudite : EDF et Areva vont développer la filière nucléaire

En matière de nucléaire, les saoudiens croient au made in France. Les deux champions français du secteur, EDF et Areva, viennent de signer deux protocoles d’accord avec des entreprises et des universités du Royaume afin d’aider Riyad à développer sa propre filière nucléaire. L’Arabie Saoudite souhaite en effet  construire 16 réacteurs nucléaires dans les prochaines années.

Les entreprises du nucléaire ne sont pas reparties les mains vides de la visite de François Hollande en Arabie Saoudite. EDF et son principal sous-traitant Areva ont tous les deux signé des Memorandum Of Understanding (MOU) avec cinq partenaires industriels saoudiens (Zamil Steel, Bahra Cables, Riyadh Cables, Saudi Pumps, Descon Olayan) afin de “développer les compétences industrielles et techniques des sociétés locales” pour “créer un réseau élargi de fournisseurs saoudiens en vue des futurs projets nucléaires dans le pays” a déclaré le groupe dirigé par Henri Proglio dans un communiqué.

L’entreprise française met ainsi un pied dans le marché saoudien, particulièrement prometteur pour l’avenir. En effet, Riyad pourrait lancer prochainement un appel d’offres de 100 milliards de dollars afin de construire 16 réacteurs nucléaires. La France est “très bien positionnée” pour remporter un futur appel d’offres, estime d’ailleurs le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui accompagnait François Hollande à Riyad.

La coopération entre les acteurs saoudiens et français du secteur pourrait donner un avantage décisif à la France. EDF a également signé une deuxième série d’accord avec des universités saoudiennes : la King Saud University à Riyad, le Dar Al Hekma College et la Effat University à Jeddah et la Prince Mohammad bin Fahd University à Al-Khobar. Ces partenariats devraient permettre à ces établissements de former des ingénieurs nucléaires bénéficiant de l’expertise technologique du groupe français qui mettra d’ailleurs à contribution l’Institut international de l’énergie nucléaire (I2EN).

Laisser un commentaire