Actualités web

Silicon Valley vs. Hollywood: la guerre est déclarée

L’irruption de géants du web dans le marché de la production et distribution de films fait vaciller Hollywood. Les studios de cinéma voient à présent les entreprises phares de l’économie numérique comme Netflix produire à présent des contenus de qualité qu’ils diffusent en streaming ou qu’ils proposent en téléchargement sur leurs plateformes. Hollywood doit réagir s’il veut éviter le déclin.

L’industrie du cinéma peine pour l’instant à s’adapter aux grands bouleversements provoqués par l’arrivée de nouveaux acteurs sur le secteur jusque-là peu concurrentiel de la production et diffusion de films et séries. Bien sûr, l’enjeu du piratage est depuis longtemps un des principaux sujets de divergences entre Hollywood et les entreprises de la Silicon Valley, plus permissives et proches de l’idéologie libertaire du web. Mais depuis que Netflix, par exemple, connait un franc succès grâce à la série House of Cards que l’entreprise a entièrement financé et produit, c’est le modèle économique hollywoodien qui semble vaciller.

Car l’innovation et la création semblent être désertés par l’industrie américaine du cinéma. Déjà, le célèbre cinéaste Steven Spielberg a prédit une imminente «implosion» d’Hollywood. Selon Spielberg, elle peut arriver si «trois ou quatre ou peut-être une demi-douzaine de films à mégabudget font un flop», changeant d’un coup le «paradigme» de fonctionnement d’une industrie qui repose sur une explosion des coûts – notamment de marketing – et une concurrence acharnée entre blockbusters de plus en plus interchangeables. Ainsi, cet été sont prévus, entre autres, Transformers 4, the Expendables 3 ou encore une nouvelle version d es X-Men. Pendant ce temps, les films d’auteur ou les fresques historiques comme Lincoln, le dernier film du metteur en scène de La liste de Schindler peinent à obtenir des financements.

Ce jugement est partagé par George Lucas. L’auteur des Star Wars critique les studios hollywoodiens et loue le travail des chaînes de télévision “bien plus aventurières”. A présent, les géants du net promettent également de venir soutenir la création de contenus originaux alors qu’Hollywood persiste avec son modèle de blockbusters.

Parallèlement à cela, les comportements des spectateurs changent et le streaming et le téléchargement paraissent bien plus adaptés que le fait de devoir débourser 12 euros pour voir Iron Man 3 en 3D.

L’industrie du cinéma saura-t-elle réagir? Le débat est ouvert. D’ailleurs, la plateforme de spécialisée dans les enjeux numériques, TheMediaShaker, a lancé en début de mois un nouveau débat sur le sujet, intitulé, “SiliconWood : la technologie fait-elle son cinéma ?”. La preuve que le sujet suscite les passions…

Hollywood doit prendre conscience de l’échec relatif de son modèle et s’ouvrir aux possibilités du web: en effet, les canaux permettant la réception des films par abonnement vont continuer de se multiplier. Il convient donc de s’adapter aux nouvelles pratiques du public en matière de consommation culturelle

Laisser un commentaire