Finance-Economie

L’Afrique : marché d’avenir pour l’internet mobile

S’il est un domaine dans lequel l’Afrique a connu un développement spectaculaire c’est bien celui de la téléphonie mobile reliée à la 3G. Plus de 750 millions d’africains possèdent un portable et ces derniers disposent de plus en plus souvent de la 3G qui équipe un nombre croissant de pays. Explication de cette réussite avec Jean-Yves Ollivier, homme d’affaires spécialiste du continent africain. 

« Une révolution silencieuse s’accomplit en Afrique. Sur le continent où les “sauts technologiques” sont restés longtemps des vœux pieux, un nouveau mode de vie numérique s’installe ».Comme le décrit Jean-Yves Ollivier, le paysage africain a connu au niveau du réseau internet mobile des mutations importantes. Depuis le début des années 2000, le marché a progressé de près de 44%.  Un succès que l’expert explique en partie par l’aspect indispensable de ce type de communication face aux pénuries quotidiennes qu’ils doivent faire face en matière de transports, d’éloignement des centres sociaux, hospitaliers…

Cependant, la véritable révolution a lieu au niveau de l’équipement de la 3G. Les services internet se développent en Afrique d’une manière extraordinaire. Plus d’une vingtaine de pays disposent aujourd’hui de l’internet mobile. Evidemment, il s’agit encore de prévisions. Pour l’instant, seulement 2% des abonnés mobiles avaient, à la fin 2010, accès aux services de l’internet mobile. Mais au vue de l’accroissement des nouveaux abonnements et à l’expansion de la  3G, le continent devrait connaitre un changement radical dans les prochaines années. Tel est le tableau dressé par Jean-Yves Ollivier : « Dans les dix ans à venir, la face de l’Afrique sera complètement changée ».

L’initiative  a été lancée en 2007, lorsque l’opérateur Safaricom a lancé au Kenya «  M-Pensa », le premier logiciel offrant un service bancaire en ligne. Le sucés a été immédiat. Près de 68% des kenyans ont utilisés ce logiciel et il s’est exporté dans prés de 33 pays africains. «  Au total, près de 150 millions d’Africains se servent déjà du portable comme d’un guichet bancaire. Faute de 3G partout, ils ne sont que 85 millions à surfer sur internet via leur téléphone. Et ils sont encore moins nombreux – 54 millions – à télécharger de la musique. Mais le gisement commercial dans ce domaine est formidable ». En Afrique, Le secteur a de beaux jours devant lui.

Crédits photo : Erik (HASH) Hersman

Laisser un commentaire