Actualités web

Innovation : la robotique au service de la rénovation hydraulique

Les aménagements hydroélectriques de la vallée de l’Oriège dans les Pyrénées ont bénéficié au cours de l’année 2014 d’un programme complet de rénovations en accord avec le plan national de modernisation hydraulique entrepris par le groupe EDF. Des opérations délicates qui auront nécessité un investissement de plus de 10 millions d’euros et le recours à de nouvelles technologies de robotique élaborées et développées en interne au sein du service R&D de l’énergéticien.

Les trois chantiers de l’année 2014 entrepris sur les installations EDF de la vallée de l’Oriège dans l’Ariège (conduite forcée d’Orlu, barrage de Campauleil et centrale du Teich), ont donc été l’occasion pour le groupe énergétique français de tester sur le terrain de nouvelles technologies de maintenance et d’exploitation hydraulique.

Totalement inédit, on évoquera tout d’abord l’introduction d’un robot peintre spécialement conçu pour le chantier de la centrale d’Orlu. Envoyé à l’intérieur de la conduite forcée (1,50 mètre de diamètre), ce robot a en effet repeint par lui même l’intérieure de cette canalisation d’une longueur de 2.147 mètres pour un dénivelé de près de 1000 mètres. Une prouesse technique qui aura permis de rajeunir la conduite largement éprouvée par l’usure et la corrosion liées au passage de l’eau, après plus de 50 ans d’exploitation.

Une opération couronnée de succès qui assure de ce fait un avenir plein de promesses à ce robot peintre. En effet, comme le soulignait à La Dépêche le directeur EDF Hydraulique Stéphane Lemasson, “l’engin, certifié CE (normes européennes), va maintenant pouvoir être exporté et pourra peut-être inspirer des entreprises ariégeoises”.

L’utilisation de ce robot a nécessité d’importants travaux de conception et de paramétrage (notamment pour disposer une couche régulière de peinture de 500 microns) mais a pour principal avantage de renforcer la sécurité des intervenants sur le chantier. Unique en son genre, il est capable d’intervenir à la fois aux étapes de sablage, de nettoyage et de peinture.

De son côté, le barrage de Campauleil (barrage intermédiaire de 15 mètres de hauteur) a quant à lui bénéficié d’une refonte totale de sa structure. “Nous avons refait les structures de métal, les vannes et le système de passage des crues, avec un procédé novateur pour ce dernier”, explique Patrick Jacquet, ingénieur génie civiliste chez EDF. Ce système de “touches de piano” ou PKW en anglais (piano key weir) permet de faciliter l’évacuation de l’eau en cas de fortes crues, augmentant considérablement la capacité du déversoir traditionnel.

Laisser un commentaire