A lire

La dernière minute de juin durera 61 secondes

Mine de rien, dans tous les pays du monde, dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, en “temps universel coordonné “UTC”, la minute entre 23H59 et 00H00 durera une seconde de plus que la normale. En France, cette seconde “intercalaire” se glissera entre 01H59 minutes et 2 heures du matin le 1er juillet. 

Par cette seconde additionnelle, il s’agit d’accorder deux échelles de temps, celle du Temps Universel (TU) basé sur la rotation de la Terre et sa position par rapport aux astres et celle du Temps Atomique International (TAI). A long terme, la planète a tendance à ralentir. Les horloges atomiques actuelles, sont en revanche d’une exactitude telle qu’elles n’enregistreraient qu’une seconde de dérive tous les 300 millions d’années. Il a été convenu que l’écart entre les deux ne devait pas dépasser 0,9 seconde. Au-delà, une seconde intercalaire doit être insérée dans le temps UTC.

A moins d’être très pointilleux cela ne change rien pour nous, mais les grands systèmes de navigation par satellite, les systèmes de synchronisation des grands réseaux d’ordinateurs devront en revanche prendre en compte cette modification pour éviter des bugs.

Certains pays (États-Unis, France…) souhaiteraient  supprimer cette seconde intercalaire, et se fier qu’aux horloges atomiques alors que d’autres (Grande-Bretagne notamment) plaident pour son maintien. Une réunion organisée dans le cadre de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) aura lieu à ce sujet en novembre 2015 à Genève.

Crédit photo : SYLVAINE

 

Laisser un commentaire