A lire

Taper sur un clavier : le nombre de doigts ne fait pas la vitesse

Dans le cadre d’une étude, les scientifiques de l’université d’Altoo, à Helsinki ont observé la technique de frappe sur un clavier d’une trentaine de volontaires d’âges et de parcours différents. Ils ont remarqué qu’il est possible d’être aussi efficace en frappant avec beaucoup moins de doigts.

Pour suivre leur étude, les scientifiques ont utilisé une technique cinématographique, la capture des mouvements. Les claviers étaient aussi reliés à un dispositif  pour enregistrer les touches actionnées, leur temps de pression et l’intervalle de durée entre chacune. Des caméras contrôlaient également le mouvement des yeux.

Ils en ont dégagé quelques enseignements. Il est possible de faire aussi bien avec cinq doigts qu’avec dix. “Nous avons été surpris de constater que les personnes qui ont suivi un cours de dactylographie ont une vitesse et une précision moyenne similaires aux autodidactes qui utilisent seulement 6 doigts en moyenne“, explique Anna Feit, principale auteure de l’étude. L’efficacité vient avec la pratique et selon les habitudes de chacun (saisie de texte, jeux vidéo, utilisation de logiciels photos), la façon de bouger les mains varie.

Trois conditions de bases sont à réunir pour de bons résultats, une frappe automatique (une lettre est systématiquement pressée par le même doigt), la préparation active des frappes à venir et un mouvement minimal des mains.

 

Cette étude doit aider à concevoir de nouvelles interfaces utilisateurs, mais aussi à l’amélioration des méthodes de formation à la dactylographie.

Crédit photo : Académie Toulouse

Laisser un commentaire