A lire

Et voici le “pigeon patrouilleur” détecteur de pollution

Un nouveau style de surveillant, pour la pollution a été lâché dans le ciel de Londres. Il s’agit de pigeons équipés de capteurs pour surveiller la qualité de l’air de la capitale britannique.

C’est une start-up française, Plume Labs de Romain Lacombe, qui est avec Pierre Duquesnoy de DigitasLBi, à l’origine du projet. Dix pigeons sont munis d’un GPS et de capteurs miniatures, qui mesurent les niveaux d’ozone, de dioxyde d’azote et de composés organiques volatils (COV). Ces oiseaux ont été lâchés depuis le parc de Primrose Hill, dans le nord de Londres. On peut suivre ces pigeons en temps réel sur le site pigeonairpatrol.com.

Ces données seront étudiées par le docteur Audrey de Nazelle, une chercheuse française à l’Imperial College de Londres. Il faut rappeler, que selon une étude du King’s College de 2015, la pollution atmosphérique joue un rôle dans le décès de près de 9 500 Londoniens chaque année.

Cependant, l’initiative ne s’arrête pas là, les Londoniens qui le veulent, seront équipés d’un petit boitier avec ces mêmes capteurs pour suivre en temps réel, via une application sur leur téléphone portable, la qualité de l’air des lieux où ils se trouvent. Ils participeront alors à une campagne de financement participatif pour des sommes allant de 79 à 99 livres (100 à 126 euros).

La start-up a déjà créé l’application Plume Air Report qui donne l’état de la pollution dans 300 villes à travers le monde.

Crédit photo : VictoriaAJ

Laisser un commentaire