A lire

Instagram, le réseau “tendance” de la mode

Pour une maison de luxe, quelle que soit sa taille, une communication efficace passe par les réseaux sociaux. Ils ont changé les règles de la concurrence en permettant à de jeunes marques d’acquérir, rapidement, et à peu de frais, une visibilité mondiale. A ce jeu-là, Instagram est donné comme plus efficace, car plus décalé et plus authentique que Facebook ou Twitter.

C’est le partage instantané des photos qui fait la différence. 80 millions de photos partagées par jour, plus de 400 millions d’utilisateurs actifs et 3,5 milliards de “like” quotidiens. Instagram constitue un diffuseur important, il permet à de petites marques, de toucher autant de personnes que Dior ou Chanel sans débourser un centime en frais publicitaire.

Les marques nées avec les nouvelles technologies, sont plus à l’aise et agressives sur les réseaux sociaux. On peut prendre quelques exemples, comme Sézane, marque de mode créée il y seulement deux ans, compte 200 000 abonnés, Charlotte Olympia, 500 000 abonnés, et L’anglaise Sophia Webster (700 000 abonnés). Le phénomène s’amplifie avec les designers chinois qui utilisent le réseau Weibo, à mi-chemin entre Instagram et Twitter.

Les grands magasins prestigieux comme Harrods ou le Bon Marché se tournent maintenant vers les “petites” marques pour pouvoir se différencier. Face à cela, les grandes griffes, ont recours à des personnalités “influentes” professionnelles. Des blogueuses connues et très suivies sur Instagram pour faire du placement de produits en échange d’une rémunération directe ou indirecte.

Le plus spectaculaire reste, l’univers du maquillage. Le compte Instagram d’Anastasia Beverly Hills, marque de maquillage californienne qui réalise 500 millions de dollars de chiffre d’affaires, peut revendiquer 9,3 millions d’abonnés, presque autant que Louis Vuitton, première griffe mondiale de luxe.

Crédit photo : Stéphanie JUNCA

 

 

 

Laisser un commentaire