A lire

Google et Facebook s’attaquent aux faux sites d’actus

Comme après toute élection, c’est le temps des conséquences, et des leçons à en tirer. Après les élections américaines, Google et Facebook envisagent de lutter contre les faux sites d’actualité propageant de fausses informations. Ces sites sont devenues pour certain trop influent, il s’agit donc de les affaiblir en s’attaquant aux financements liés à la publicité.

Pour les deux géants du net, il s’agit de couper court à une polémique qui enfle depuis quelque temps. Certains mettent en relief, le rôle qu’ont joué les réseaux sociaux, notamment Facebook, dans l’élection du candidat Républicain.

Pour bon nombre d’observateurs, la problématique vient de la facilité à faire circuler sciemment les fausses informations, et dans la possibilité de les faire vivre et partagées en masse sur les réseaux sociaux. En globalisant, et en projetant ce qui s’est passé pour les élections américaines, on s’aperçoit d’une chose. Cela favorise ceux qui sont plus dans une attitude populiste et qui utilisent essentiellement le dénigrement à grand coup de rumeurs infondées, qui mit bout à bout influence le vote.

C’est la mise en pratique de la fameuse maxime de Francis Bacon “Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose” et d’un proverbe tchèque, “un mensonge répété mille fois, devient une vérité”.

Nous sommes aux États-Unis, et donc Facebook et Google vont  taper là où ça fait mal, le portefeuille, en supprimant la publicité sur les sites d’information visés. Il est clair que pour nombre de ces sites, la motivation première est l’argent, et donc pour faire un maximum de buzz, il vaut mieux un bon mensonge bien scandaleux, qu’une vérité clairement exposée. Donc, Facebook et Google espèrent ainsi réduire la cadence et la propagation de ces fausses informations, sans faire une censure stricte, comme certains même au sein de Facebook le réclament.

L’attitude à avoir envers ces sites qui relaie de fausses nouvelles posent une nouvelle fois les bases d’un débat éternel sur une censure, certes utile, et partant d’un bon sentiment, mais qui pourrait devenir arbitraire et de ce fait inacceptable et inaccepté.

Crédit photo : Alan C

 

 

 

.

 

 

Laisser un commentaire