A lire

Internet n’est pas utilisé par plus de la moitié de la population mondiale

“L’internet pour tous” a encore du chemin à faire pour se réaliser pleinement. Selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), dont le siège est à Genève, la moitié de la population mondiale n’a pas accès à internet. En cause notamment, le coût prohibitif du haut débit.
 
L’UIT démontre que ce sont 3,9 milliards de personnes sur les 7,4 milliards d’habitants de la planète qui sont concernés. Comme l’on pouvait s’y attendre, c’est surtout certaines catégories sociales qui ont peu, ou pas accès à internet. Il s’agit des “femmes, les personnes âgées, les populations les moins éduquées, les plus pauvres, et les habitants des zones rurales.
L’organisation admet que le prix moyen d’une connexion fixe à haut débit dans le monde, qui était de 80 dollars (75 euros) par mois en 2008, a chuté à 25 dollars l’an dernier. Cependant, l’accès au haut débit, reste “clairement inabordable” dans beaucoup de pays pauvres, car un abonnement mensuel avec un seul giga coûte encore plus de la moitié du salaire annuel.
Le rapport fait la même constatation pour l’accès à internet sur les téléphones portables, qui pourrait constituer une alternative. 84 % de la population mondiale est techniquement en capacité de se connecter via des réseaux mobiles, mais n’a pas les moyens financiers pour acquérir un téléphone, et un abonnement mensuel.
Pour aller plus loin, l’Organisation des Nations unies a besoin de statistiques plus précises. Pour l’UIT, les chiffres bruts ne reflètent pas la réalité, et précise également, que les abonnements de portables, qui servent actuellement d’indicateur de la connectivité, ne reflètent plus de façon fiable l’utilisation réelle des téléphones mobiles.
Les chiffres sont trompeurs, il y a presque autant d’abonnements de portables dans le monde, que d’habitants, pourtant jusqu’à 40 % de personnes dans certaines régions ne possèdent ou n’utilisent pas ce genre de téléphone. Il ne faut pas s’aveugler, la situation s’améliore de manière automatique par les avancées technologiques, mais un vrai accès, et une vraie utilisation bénéfique pour tous, ne peut pas se passer d’une réelle volonté politique.
“Une révolution des données est nécessaire pour mieux comprendre qui utilise internet, où et comment”, affirme l’UIT dans son rapport.

Crédit photo :  Carsten ten Brink

 

 

 

 

Laisser un commentaire