A lire

On pourrait bientôt assister à la fin de “Erreur 404”

Nous sommes, tous tombé un jour ou l’autre sur cette fameuse page, “Error 404 file not found” (Erreur 404, fichier introuvable). Ce message d’erreur s’affichant lorsqu’un site ou une page n’est plus en ligne, pourrait progressivement commencer à faire partie du passé.
Rappelons tout d’abord, ce qu’on appelle la page 404, c’est tout simplement parce que c’est le code d’état http renvoyé par le serveur. C’est en fait à ce moment-là, que “The Internet Archive” veut intervenir.
Cette extension pour Google Chrome, permet de voir en lieu et place de la fameuse « page introuvable » et « Erreur 404 », une version archivée de la page demandée, telle que l’a sauvegardé le robot d’Internet Archive. La page s’affichant peut alors dater suivant le cas d’il y a un, deux, voire quinze ans, puisque le service d’archivage de sites web d’Internet Archive, connu sous le nom de Wayback Machine, existe depuis 2001.
L’idée semble venue aux concepteurs d’Internet Archive à la suite de la publication d’une étude de l’université de Harvard de 2013, selon laquelle 49 % des liens Internet mentionnés dans les décisions de la Cour Suprême américaine faisaient référence à des pages qui n’existaient plus. Ils ont pris conscience de l’importance que peut revêtir la chose dans certains cas.
Bien sûr, il ne s’agit pas de se limiter à cela. Cette extension peut s’avérer particulièrement intéressante pour visiter des sites qui croulent sous le nombre de visites, soit parce qu’ils sont sous le feu d’une demande énorme de visites et qu’ils sont liés à une activité éphémère particulière, soit parce que leurs propriétaires, ont choisi de ne pas investir dans l’infrastructure les hébergeant.
Il y a aussi le constat simple, que les liens meurent vite et que dans cette optique, The Internet Archive permet de visionner d’anciennes versions d’une même page. Bien sûr, l’utilisation à ses limites, si l’auteur s’y oppose et qu’il a demandé le retrait de la page à la base de données.

Crédit photo : julien.verkest

 

Laisser un commentaire