A lire

Faune-France, le nouveau portail participatif de la LPO

Tout le monde ou presque, a entendu parler de la ligue protectrice des oiseaux (LPO). Cette vieille association de protection de l’environnement française fondée en 1912, continue à rester à la page en se dotant d’une application, qui permet d’accéder à un portail participatif d’observation de la nature. Ce portail a été appelé Faune-France.

Ce nouvel outil, a pour but de permettre à toute personne apercevant une plante ou un animal, de partager cette information avec le reste de la communauté. Pour cela, il suffit de télécharger l’application gratuite NaturaList. Bien sûr, les observations et les renseignements sont vérifiés par des experts avant d’être intégrés dans la base de données du portail. “NaturaList permet de saisir des données partout dans le monde, car 35 pays sont déjà connectés”, précise Philippe Jourde, animateur de Faune-France avec beaucoup d’enthousiasme.

Les amoureux de la nature peuvent déjà bénéficier du site Faune-France.org, qui regroupe les informations de différentes associations environnementalistes. Cela a permis, de regrouper près de 50 millions de données. Il est ainsi plus facile de prendre connaissance de la faune et de la flore française, région par région. Grâce à la géolocalisation, vous êtes immédiatement connectés à un site local, qui présente la liste des espèces répertoriées qui vous entoure.

Concernant les oiseaux dont l’association s’occupe en priorité, les informations sont également intégrées au site européen EuroBirdPortal.

Le président de la LPO, Allain Bougrain-Dubourg de son côté explique, “en devenant des capteurs de l’état de la biodiversité, chacun aide à voir l’évolution de la faune, de la flore par rapport au dérèglement climatique. Avec cette connaissance, on peut alerter les ministères et l’Europe“. Il poursuit son explication en insistant sur l’importance des données recueillies par les observations partagées par un plus grand nombre qui constituent la base indispensable pour le travail des scientifiques.

Crédit photo : Joelle

 

 

Laisser un commentaire