A lire

YouTube renforce ses conditions de monétisation

La monétisation des contenus pose de nombreux problèmes, et elle amène pour la seconde fois en moins d’un an, un durcissement des règles. En toile de fond de ces nouvelles mesures, les scandales du type, Paul Logan, qui s’est filmé à côté d’un cadavre. L’appât du gain accentue l’envie de faire n’importe quoi pour rassembler des vues, et de faire un buzz en privilégiant nos pires penchants.

La vidéo de Paul Logan est restée en ligne moins de 48 heures, cela a suffi à la faire dépasser les 6 millions de vues, et donc à générer des gains. C’était largement prévisible, mais comme souvent, ce n’est pas l’aspect moral qui amène YouTube à réagir. Il a fallu des réactions concrètes des usagers, et un tollé médiatique qui nuit à l’image de la société, ainsi qu’une perte de confiance des annonceurs pour que la société mette en place des garde-fous.

En effet, il n’y a rien de plus terrible pour un annonceur, que de se voir associer, de près ou de loin, à un bon gros scandale surtout concernant les mœurs. Dans ce domaine, rappelons qu’en mars et en novembre dernier, la plateforme vidéo a subi une prolifération de commentaires pédophiles. La réaction d’annonceur comme Lidl, Mars, Adidas ont immédiatement suspendu leurs publicités.

De l’autre côté de l’océan Atlantique, des annonceurs ont même vu leur nom défiler à côté de contenus incitant à la haine, ou faisant l’apologie du terrorisme.

Impossible de continuer comme cela, c’est pourquoi YouTube installe de nouveaux procédés et de nouveaux moyens, et tient surtout à le faire savoir.

Désormais, les chaînes auront besoin d’au moins 1 000 abonnés et 4 000 heures de temps de visionnage sur l’année précédente pour prétendre à la monétisation. Il s’agit de limiter la tendance à faire de gros coup et privilégier la durée. Depuis avril dernier, les chaînes étaient éligibles lorsqu’elles présentaient seulement un cumul minimum de 10 000 vues par chaîne sans temps de vue minimum requis.

Cette durée permettra à une équipe de modérateurs jusqu’ici critiquée pour être trop laxiste, mais qui va être renforcée, ainsi qu’à une nouvelle technique d’intelligence artificielle de mieux surveiller les contenus. Cette technique d’intelligence artificielle s’appelle « machine learning », elle permet de détecter les vidéos choquantes, afin de les soumettre à une modération humaine.

Toujours la même chose, “quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute” a fait dire Michel Audiard à Jean Gabin.

Crédit photo : Tech Talk

 

Laisser un commentaire