A lire

2017, une année et des résultats contrastés pour Facebook

L’année 2017, a décidément été une année particulièrement agitée pour Facebook, et pas dans le bon sens. Après les remous autour des usages détournés de la plateforme, comme la diffusion d’informations fausses, souvent partisanes et sensationnalistes, d’affreux doutes sur son utilité, le groupe de Mark Zuckerberg, a constaté que le temps passé sur Facebook a fortement diminué au dernier trimestre. Le nombre d’utilisateurs actifs chaque jour aux Etats-Unis, et au Canada baisse même pour la première fois.

Côté finance, tout se tient et le chiffre d’affaires est en hausse. Cependant, une tendance se dégage, les utilisateurs restent moins longtemps sur le réseau social. Le nombre d’heures passées par les utilisateurs a baissé de 50 millions d’heures par jour au dernier trimestre 2017.

Il faut peut-être voir derrière cette baisse d’utilisation, les conséquences des nombreuses critiques qui se font jour depuis notamment la campagne présidentielle américaine de 2016. Il est apparu clairement, que les réseaux sociaux importants ne peuvent plus se sentir dégager de toutes responsabilités concernant des contenus qu’ils véhiculent. Ainsi,  Mark Zuckerberg, a admis que “l’une des choses les plus importantes que nous pouvons faire, c’est de nous assurer que nos services ne sont pas, juste amusants à utiliser, mais qu’ils sont également bons pour la société”.

Faisons confiance à Facebook, pour tenter de retourner la situation à son avantage. Les mauvais résultats sont déjà largement analysés et expliqués comme un passage obligatoire après la mise en place de nouvelles procédures. Justement, le groupe compte bien utiliser ses nouvelles mesures, comme tremplin d’une nouvelle communication. Mark Zuckerberg explique, “aider les gens à communiquer est plus important que de les pousser à passer le plus de temps possible sur Facebook“.

Le numéro deux de l’entreprise, Sheryl Sandberg, résume le nouveau créneau en disant vouloir miser sur la qualité et non la quantité de temps passé sur Facebook, pour bâtir une communauté plus forte.

Facebook deviendrait-il un réseau social assagi, pondéré, qui prend son temps et ses responsabilités ? Attention cela porte un nom, cela s’appelle vieillir.

Crédit photo : Master OSM 2011

 

Laisser un commentaire