A lire

HTC, le fabricant taïwanais de smartphones toujours dans la tourmente

En matière d’économie concurrentielle et sur des secteurs aussi pointus et âpres que celui de la téléphonie mobile, il est évident que si l’on parle de la belle réussite pour certains, cela se fait au détriment d’autres. C’est dans cette deuxième catégorie, que se trouve depuis quelque temps HTC, le fabricant taïwanais de smartphones. Il vient d’annoncer la suppression de 1 500 postes supplémentaires, soit 22 % de son effectif global.

Bien sincèrement, ils sont maintenant nombreux, ceux qui doutent de la capacité de l’ex-géant à se redresser, car cela commence à faire longtemps que HTC court après son prestige d’antan. Après avoir vu, Apple et Samsung lui passer devant, c’est maintenant les constructeurs chinois Huawei, Oppo et Xiaomi, qui lui font de l’ombre.

Cette suppression de 1 500 emplois, qui fait suite aux 2 000 salariés qui ont rejoint Google avec le rachat d’une partie de la division mobile par le géant californien, confirme le déclin amorcé depuis maintenant cinq ans.

Sur le Taiwan Stock Exchange, l’action HTC a ainsi chuté de près de 7 %, suite à l’annonce, flirtant avec ses plus bas niveaux historiques depuis son introduction à la Bourse de Taipei, en 2006.

Il est donc loin le temps où HTC fut numéro quatre mondial du smartphone avec un peu plus de 10 % du marché mondial. C’était en 2011 et déjà deux ans plus tard, 90 % de sa valeur boursière avaient déjà fondu.

Le problème de HTC est de ne pas savoir valoriser dans le temps, les bonnes options prises souvent avant les autres. Ainsi, HTC fut le premier à utiliser le système d’exploitation Android de Google. Il fut aussi un précurseur dans le marché prometteur de la réalité virtuelle dès 2016 avec son casque Vive. Hélas, d’un côté il est maintenant dépassé inexorablement par Samsung, devenu la référence du haut-de-gamme sous Android. De l’autre côté, la réalité virtuelle peine à rentrer dans les usages courants. Le pari de HTC de miser sur la synergie entre la téléphonie et la réalité virtuelle, n’a pas pour l’instant de résultat probant.

Pour continuer à exister, HTC vend donc les bijoux de famille et c’est Google qui en profite. En rachetant des branches de production, pour se renforcer dans la production de ses propres smartphones, Google valorise son système d’exploitation Android. Google a aussi obtenu un accord de licence sur la propriété intellectuelle de HTC.

Il apparaît, que si financièrement, l’entreprise taïwanaise est sauvée pour l’instant, elle a dû laisser partir quelques-uns de ses meilleurs ingénieurs au profit d’un concurrent. Il sera difficile pour HTC de poursuivre ses projets qui sont selon elle, de “continuer à construire l’écosystème de la réalité virtuelle avec Vive“.

Crédit photo : Kārlis Dambrāns

 

Laisser un commentaire