A lire

Uber ne veut plus transporter les personnes ivres

Une soirée un peu arrosée est l’occasion pour une personne responsable, de ne pas prendre sa voiture et de commander, un taxi Uber par exemple. Ce ne sera peut-être pas aussi simple que cela dans le futur, car pour protéger ses chauffeurs, la plateforme américaine a déposé un brevet d’intelligence artificielle permettant aux conducteurs de détecter les passagers en état d’ébriété.

Ce dispositif est censé aider les chauffeurs de taxi à décider s’il accepte ou s’il refuse une course. Pour justifier ce dispositif, un porte-parole d’Uber explique, “vous demandez à n’importe quel chauffeur de taxi s’il a déjà subi des agressions et vous verrez qu’il s’agit d’un phénomène fréquent“.

En quoi consiste ce système ? Il faut une nouvelle fois se tourner vers un , qui permet ainsi de prédire l’état de l’utilisateur et de déceler un comportement lié à l’alcool. Il prend en compte différents paramètres inhabituels au moment de commander son taxi.

Il s’agit entre autres, d’intégrer le nombre de fautes de frappe, de la précision avec laquelle il clique sur les touches de son smartphone, mais aussi le temps qu’il a pris pour passer sa commande, ainsi que sa vitesse de déplacement. L’algorithme intègre l’heure de la journée et l’endroit, ou le trajet dans son analyse.

En résumé, une personne peu à l’aise avec un smartphone, qui se trouve à une heure tardive en zone urbaine à proximité d’un bar ou d’une boîte de nuit, cela va devenir compliqué pour elle.

Du côté des taxis, on se marre un peu, car ce problème-là n’est pas nouveau et personne n’a dit d’ailleurs que n’importe qui peut jouer les taxis sans en accepter un minimum de risques. La décision de prendre une course ou pas, fait partie intégrante hélas d’un boulot qui n’a pas que des côtés agréables, ce qui justifie en partie les tarifs.

Pour l’instant, le dispositif est à ses débuts, d’ailleurs Uber admet, “cette idée en est à ses débuts, de sorte que nous ne pouvons pas entrer dans les détails sur la façon dont elle pourrait être utilisée ni sur la date. Nous n’avons aucun projet immédiat pour mettre en œuvre la technologie décrite dans la demande de brevet“.

De là, à être obligé de prendre sa voiture pour éviter de prendre un taxi, c’est un coup à vous dégoûter de boire.

Crédit photo : Kayla Kaiser

 

 

 

Laisser un commentaire