A lire

Les juteux marchés autour des locations de courte durée entre particuliers

Le succès d’Airbnb sert de locomotive au marché de la location de courte durée entre particuliers, qui se développe de plus en plus. Un véritable business parallèle de type conciergerie se met en place. Il s’agit de proposer de multiples services d’intendance, tout en leur garantissant une bonne réputation sur le site grâce à des prestations semi-professionnelles.

Depuis environ deux ans et un juteux marché parallèle de services aux propriétaires, s’est développé autour d’Airbnb et des autres plateformes phares comme Booking, Abritel. Ils proposent tous de nombreux services complémentaires. Cela concerne aussi bien, la création de l’annonce à la sélection du locataire, la communication en ligne pour préparer son arrivée, la remise des clés, l’état des lieux de départ, le ménage professionnel en amont et en aval, la mise à disposition du linge de maison d’hôtellerie, ou encore la capacité d’effectuer des dépannages d’urgence et bien d’autres.

D’après Mathieu Gabin, le fondateur de la plateforme Quelconcierge.com, “entre 500 et 600 startups, facilement”  coexistent sur ce marché en France, “dont environ 120 rien que sur Paris”. Comme souvent en matière touristique, deux créneaux rivalisent, les services “à la carte” et le “all inclusive” ou le “tout compris. Si l’on se tient du côté du propriétaire, les deux formules se tiennent financièrement de très près.

Dans un marché aussi concurrentiel et sur un segment aussi serré, les startups sont obligées de sans cesse innover surtout au niveau de la technologie pour se différencier les unes des autres. On trouve donc, divers algorithmes pour, soit optimiser les revenus et permettre d’anticiper ce que va rapporter le logement et de payer le propriétaire à l’avance. D’autres promettent de faire ressortir l’annonce ou d’ajuster le taux d’occupation et les tarifs, selon la saisonnalité et les événements locaux.

Une dernière innovation permet notamment pour les groupes d’amis, qui partent en vacances ensemble, d’éviter que  le paiement soit réalisé par une seule personne qui avance pour tout le monde. La startup brestoise Pledg a conçu une solution d’e-paiement communautaire. Chaque participant dispose de 48 heures pour régler sa part.

Cependant, tout cela se fait sur fond de réglementation toujours plus stricte. On n’ose même pas imaginer si Paris interdisait carrément Airbnb, comme cela s’est déjà produit dans certains sites touristiques.

Crédit photo : Take News

 

 

 

Laisser un commentaire