A lire

Le réchauffement climatique pourrait bientôt détruire internet

Le réchauffement climatique est au centre de nombreuses conversations. Cependant, c’est bien connu, on en parle surtout quand cela nous touche directement. La canicule en est un parfait exemple. Dans cette lignée, une étude récente des universités du Wisconsin et de l’Oregon, affirment que des milliers de kilomètres de fibre optique enterrés sous terre risquent d’être submergés par la montée des eaux. Le réseau internet mondial pourrait en subir des conséquences, voilà qui va peut-être en interpeller beaucoup.

Surtout que ce phénomène risque de se produire bien plus vite qu’on ne le pense. L’étude combine des données de l’atlas d’internet, une carte complète des structures physiques d’internet, et la projection du niveau de la mer de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique. Les conclusions ne donnent pas comme délai une cinquantaine d’années comme souvent, on le pense.

Dans une quinzaine d’années d’après l’étude, plus de 6 440 kilomètres de fibre optique souterraine seront immergés. Les villes américaines les plus susceptibles d’être touchées sont New-York, Miami et Seattle.

Bien sûr, les effets de cette catastrophe ne se limiteraient pas à ces zones géographiques américaines, ils feraient la même chose partout et ainsi affecter la couverture internet mondial. Paul Barford, professeur dans le département Informatique de l’Université du Wisconsin, explique “quand elles ont été construites il y a une vingtaine d’années, personne n’a pensé au réchauffement climatique”.

De fait, de nombreux conduits de fibre optique sont déjà très proches du niveau de la mer. Il est vrai, que les câbles souterrains de la fibre optique sont conçus pour résister à l’eau, ils ne sont pas étanches. Cela signifie de potentiels troubles pour les populations des côtes américaines qui utilisent internet, soit presque 90 % des habitants par exemple.

On peut imaginer des parades, comme des digues par exemple, mais Paul Barford prévient, “la première chose sera de renforcer les infrastructures. Mais éviter la montée des eaux risques d’être complexe. On peut probablement gagner un peu de temps, mais à long terme ces légères modifications ne seront pas efficaces”.

Crédit photo : Anthony Canuel

Laisser un commentaire