Actualités web

5G : le gouvernement veut plus de propositions d’expérimentation

La France veut entamer son passage à la très prometteuse technologie 5G. Le secrétaire d’État chargé du numérique Mounir Mahjoubi, Delphine Geny-Stephann et Sébastien Soriano le président de l’Arcep, ont fait part des volontés du gouvernement. Celui-ci a souhaité, que les opérateurs télécoms et les industriels proposent rapidement des expériences d’utilisation de la 5G.

 Pour Mounir Mahjoubi, il s’agit de ne pas prendre plus de retard. Pour cela, les projets doivent se dessiner maintenant, afin de pouvoir procéder notamment à l’attribution des premières fréquences dès 2020. Ce sera aussi le début d’un déploiement commercial dans au moins une grande ville à la même date.

 A l’horizon 2025, ce serait la mise en place de la couverture des axes de transports principaux du pays.

Delphine Geny-Stephann, indique que le gouvernement souhaite que les industriels et opérateurs proposent des cas d’usage en conditions réelles. Elle explique, “nous comptons sur ces acteurs pour que la France puisse être le lieu où se déploieront des premières mondiales que ce soit en terme d’usine agile, de réseaux de transports, de ports connectés, d’hôpital intelligent“.

Il faut tout de même bien avouer, que pour l’instant de nombreux aspects de ce redéploiement sont encore vagues. On est dans le flou concernant la manière dont les fréquences seront attribuées, sur qui sera intéressé pour se porter candidat. Le flou règne aussi sur les modèles économiques qui seront suivis.

De plus, l’obtention des nouvelles fréquences pourrait intéresser d’autres acteurs industriels que les classiques opérateurs télécoms des réseaux de téléphonie mobile.

Actuellement, les opérateurs télécoms réalisent des tests techniques sur la 5G en condition réelle dans plusieurs villes françaises, mais ces expérimentations ne sont pas assez nombreuses pour le gouvernement.

Rappelons, que la 5G, doit permettre aux opérateurs d’offrir non seulement un débit nettement plus important que celui offert par la 4G actuelle, mais également un temps de latence, c’est-à-dire de réponse du réseau, largement abaissé. Cela devrait agrandir la palette d’utilisation et d’offres pour les utilisateurs.

Crédit photo : Aslantek Teknoloji Haber

 

Laisser un commentaire