A lire

Les 2 co-fondateurs d’Instagram, quittent le groupe Facebook

Après les effusions de la nuit de noces et des premiers temps ensemble, certains mariages, ont du mal à fonctionner. Dans la famille Facebook qui s’agrandit, on peut dire que l’union avec Instagram bat de l’aile. Depuis plusieurs mois, les co-fondateurs d’Instagram application de photos propriété de Facebook, étaient en conflit avec la direction du groupe. Ils ont annoncé leurs démissions.

Kevin Systrom et Mike Krieger, les deux trentenaires, co-fondateurs d’Instagram, application de partage de photos et propriété du groupe depuis 2012, ont annoncé lundi soir leur démission des postes de directeur général et directeur technique de la société. Ils ont expliqué leur décision ainsi, construire de nouvelles choses exige que nous prenions du recul, que nous comprenions ce qui nous motive et le faire coïncider avec les besoins du monde. Nous sommes prêts maintenant à ouvrir le chapitre suivant”, écrit Kevin Systrom dans son blog.

Comme il n’y a pas non plus de raisons officielles du côté de Facebook, il faut donc se tourner vers la presse américaine pour trouver les raisons de ce “divorce”. Le Wall Street Journal fait état de “conflit depuis plusieurs mois à propos de l’autonomie d’Instagram”. Le journal précise, “les dirigeants de Facebook, y compris Mark Zuckerberg, poussaient Instagram à élargir rapidement le nombre d’utilisateurs”. De fait, Instagram est devenu l’un des services les plus prisés de Facebook.

C’est peut-être l’effet recherché, car Mark Zuckerberg aurait anticipé ces démissions en transférant vers Instagram Adam Mosseri, ancien responsable chez Facebook. Sans ses fondateurs, Instagram est certainement plus facile à intégrer à Facebook.

L’appli de photos a l’avantage d’être très populaire chez les jeunes, qui sont les cibles privilégiées des annonceurs. Elle est donc facile à monétiser, en attirant les marques et les contenus sponsorisés. Cette manne est devenue indispensable pour l’entreprise de Mark Zuckerberg, qui tire la quasi-totalité de ses revenus de la publicité. Facebook étant déjà complètement saturé. Mark Zuckerberg, est constamment en recherche de nouveaux espaces pour placer des contenus publicitaires.

Il n’y a pas de place donc pour les états d’âme chez Facebook, qui a connu un précédent similaire, avec les démissions de Brian Acton en 2017 et Jan Koun en 2018, les co-fondateurs de WhatsApp. Ces deux-là, n’ont pas digéré le scandale Cambridge Analytica, la plus grande crise de l’histoire de Facebook. Le réseau social, a permis à Cambridge Analytica, cabinet d’analyse au service de Donald Trump pendant la campagne présidentielle de 2016, de capter les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs Facebook.

Crédit photo : sfluxe

 

Laisser un commentaire