A lire

Twitter accepte de publier des données sur des trolls russes

Ce mauvais côté de l’utilisation du réseau social et surtout son manque de réaction face à ce phénomène, commençait à nuire, à l’image de Twitter. Cependant, les pressions ont dû être particulièrement intenses pour amener Twitter à rendre public des données liées à des campagnes de manipulation, lancées par des trolls, pour l’essentiel russe et iranien. Cela, concerne une dizaine de millions de tweets, remontant parfois à 2009.

Vijaya Gadde, directeur “confiance et sécurité” de la société et Yoel Roth, chargé de garantir l’intégrité du réseau social, ont déclaré “nous rendons ces données accessibles dans le but d’encourager la recherche et les enquêtes sur ces comportements par des chercheurs et des enseignants partout dans le monde”.

Cela concerne 3 841 comptes pilotés de Russie et 770 d’Iran. Ils ont généré plus de 10 millions de tweets et plus de 2 millions de photos et vidéos depuis 2009.

Grâce à ces données, les chercheurs vont continuer à mieux cerner le mode opératoire des trolls et les conséquences de leurs actions. Des chercheurs du centre de réflexion Atlantic Council, qui ont eu accès à ces données en primeur, ont déterminé que c’était un certain type de procédure sophistiqué, qui avait le maximum d’impact sur le public américain.

Les chercheurs, ont aussi déclaré “ce type de comptes se maquillaient en personnalités très soigneusement élaborées, qui produisaient des histoires originales et alléchantes, infiltraient des groupes d’activistes et des communautés et publiaient des messages hypers partisans et très clivants“.

Nous sommes loin de la propagande de masse, nous rentrons plus là, dans un travail de précisions. Il s’agit d’envoyer le bon message, à la bonne personne au bon moment, pour la faire aller dans le sens voulu. Au fur et à mesure, on se rend compte de l’impact réel que peut avoir ce type d’action et surtout de mieux s’en préserver pour les futures élections ou qu’elles se passent.

En attendant, il ne faut pas oublier que celui qui vous dit “on vous ment” peut-être à juste titre, ne détient pas pour autant la vérité.

Crédit photo : mrc9002

 

Laisser un commentaire