A lire

Les TPE/PME françaises sont sur internet, mais sans trop savoir pourquoi

Une étude “Réussir avec le web”, présentée à Paris par l’Association française pour le nommage Internet en coopération (Afnic) révèle, que 94 % des TPE/PME françaises, estiment qu’une présence sur internet est nécessaire à leur activité. Cependant, si elles jugent indispensable la présence sur internet, les raisons et les avantages concrets, restent bien flous.

L’Afnic, est l’organe qui gère les noms de domaine comme le .fr, il est donc bien placé pour analyser les différents aspects de l’usage sur internet par les TPE/PME françaises. Pour cela, il scrute leur présence en ligne, leur visibilité et e-réputation, ainsi que leur développement commercial.

Les résultats démontrent, que les TPE/PME françaises investissent à la fois peu d’énergie, peu de temps et d’argent pour soigner leur présence en ligne. L’intérêt d’internet, n’apparaît pas, aux yeux de ces petites entreprises et de leurs finances, suffisamment précis et quantifiable. La demande de temps et de moyens, semble trop importante pour des résultats jugés trop aléatoires, surtout dans le temps.

Pierre Bonis, directeur général de l’Afnic, explique “le travail d’évangélisation sur la nécessité d’être sur Internet a été réalisé : la majorité des TPE/PME le savent désormais. En revanche, elles n’ont pas encore conscience des bénéfices concrets qu’Internet peut apporter pour leurs activités. Désormais, il faut s’atteler aux modalités de la présence sur Internet, avec l’identification d’outils simples et peu coûteux pour que cela ait un impact direct sur l’activité des entreprises”.

Du coup, une majorité des TPE/PME reste entre deux eaux. C’est-à-dire, elles investissent, mais pas assez pour en tirer un bénéfice réel. Parmi les principales motivations, figure la possibilité de présenter son activité, être trouvé plus facilement et communiquer avec les clients et les prospects. Cependant, 61 % des sondés consacrent moins de 300 euros par an à Internet, ce qui permet plus ou moins de couvrir l’utilisation d’un nom de domaine propre et les frais d’hébergement du site. Or, seulement 59 % des entreprises passent plus d’une heure par semaine pour alimenter leurs sites et réseaux sociaux. Résultat, la chose existe, mais n’a pas de réelle vie, et nous savons bien que quelque chose qui sert à rien est toujours trop cher.

A ce sujet Loïc Damilaville, responsable études et veille marchés à l’Afnic, confirme “cela démontre que les entreprises ne comptent pas sur Internet pour leur développement commercial. Elles ont intégré la nécessité d’être présentes en ligne, mais elles adoptent encore une gestion passive”.

Evidemment, tout cela demande une analyse et une vision fine de son activité et de bien déterminer ce que chaque action entraîne. 58 % des entreprises ne connaissent pas le montant de leur chiffre d’affaires généré grâce à Internet. Si les TPE/PME sont présentes sur les réseaux sociaux, comme Facebook, LinkedIn et Twitter, 77 % d’entre elles considèrent que le temps investi sur ces réseaux n’est pas rentable.

Crédit photo : carlos-muza

 

 

 

Laisser un commentaire