A lire

Google annonce Stadia, son service de jeu sans console

C’est dans les tuyaux depuis pas mal de temps et voilà, ça arrive ! Stadia est un service de jeu vidéo à la demande, qui est disponible sur tous les périphériques connectés ou presque. Fini, la console qu’il faut trimbaler si l’on veut jouer partout à ses jeux préférés.

Google a donc mis en place l’équivalent de Netflix, pour le jeu vidéo. Pour cela, il suffira d’avoir une manette que Google va évidemment commercialiser, afin de se connecter au service en Wi-Fi. Elle permettra de jouer sur n’importe laquelle de ces machines, via le réseau Internet. Phil Harrison, président de la division jeu vidéo du groupe, résume ainsi “ce n’est pas un boîtier, c’est un service”.

Techniquement, le fonctionnement apparaît plus souple et aux ramifications élargies. Une partie débutée sur un écran peut être immédiatement continuée sur un autre. Google envisage même de rejoindre une partie de jeu vidéo diffusée sur YouTube. De même, on devrait retrouver, la possibilité de partager son jeu par e-mail ou réseau social pour qu’un ami en prenne la suite instantanément et permettra également de jouer en écran partagé. Elle devrait aussi limiter le temps d’attente insupportable pour un joueur en manque et en attente entre le fait de vouloir jouer et celui de jouer.

Il reste encore certaines choses à définir clairement et non des moindres, par exemple le prix et le catalogue du service. A préciser aussi l’adaptabilité de certains jeux qui restent difficiles d’accès avec un smartphone. On peut, aussi parier que rapidement les fans vont faire remarquer des manques dans les zones où le haut débit n’est pas disponible. A ce sujet, la comparaison avec Netfilx pourrait à nouveau être faite, car Stadia va considérablement peser sur le trafic mondial d’Internet. Lorsque l’on sait, que Netflix représente déjà 15 % de la bande-passante, et même un tiers aux Etats-Unis, cela peut poser certains problèmes assez rapidement.

En attendant, des solutions à tout cela, l’offre de Google sera lancée au cours de l’année 2019 en Amérique du Nord, en Europe et au Royaume-Uni à un prix qui reste à définir.

Crédit photo : Joseph Davidson

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire