A lire

Facebook va lancer sa propre cryptomonnaie “Libra”

Après une période trouble durant laquelle, la société a dû subir de nombreuses critiques et perdu de son éclat, Facebook est “à la relance”. Il vient d’officialiser, Libra une nouvelle cryptomonnaie, qui fonctionnera comme le bitcoin dont elle en sera d’ailleurs la concurrente. Les internautes pourront l’utiliser à partir de 2020 sur le réseau social, à savoir sur Facebook, Messenger, Whastapp et Instagram. Elle pourra aussi être utilisée pour envoyer de l’argent ou faire des achats.

Le nom Libra aurait pu faire penser à “liberté” ou au début de “librairie”, mais non, on va parler argent. Comme toujours dans ce cas, Facebook assure les promesses d’un avenir merveilleux. Avec Libra, les utilisateurs du réseau social pourront envoyer de l’argent ou payer des achats sur des sites partenaires depuis les applications. Ils pourront acheter chez les commerçants partenaires. Fini les intermédiaires, il sera possible d’envoyer de l’argent directement, donc avec moins de frais de transaction.

Un dispositif que Facebook assure être simple et sûr 

Pour montrer la force de son projet, Facebook explique que sa monnaie 2.0 sera créée par un consortium de 28 partenaires. Il comprendra, diverses institutions financières, comme Visa, Mastercard ou encore PayPal, mais aussi Uber, Spotify ou encore Vodafone, qui ont payé un droit d’entrée de 10 millions de dollars pour participer au réseau Libra.

Pour compléter son dispositif, Facebook va aussi proposer Calibra, un portefeuille virtuel qui permettra de gérer ses fonds en Libra. Enfin, pour assurer une réelle stabilité à sa monnaie et éviter les fluctuations, façon bitcoin, Facebook et ses partenaires ont décidé d’adosser le Libra aux monnaies les plus solides (euro, dollar, yen, livre sterling). De fait, le cours ne pourra pas connaître d’énormes fluctuations.

Un dispositif qui, logiquement protège les données personnelles 

Comme on peut le voir, tout est fait pour rassurer les internautes, car la confiance, c’est le maître-mot en économie et la clé de la réussite du projet. En effet, après les scandales comme celui de Cambridge Analatyca autour de la protection des données personnelles, le public va regarder d’un œil inquiet cette nouvelle monnaie. Kevin Weil, un des responsables du projet affirme, que les informations financières stockées dans Calibra seront strictement séparées des données personnelles détenues par Facebook et ne seront pas utilisées pour cibler de la publicité.

Il ne faut pas se leurrer, Mark Zuckerberg ne se lance pas dans ce projet pour le plaisir. Il va permettre de collecter toujours plus de données sur nos habitudes d’achat, et ainsi permettre d’établir des profils beaucoup plus précis des consommateurs. Tous ces renseignements ne resteront pas dans un fichier sans être largement utilisés et revendus.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, a déclaré de son côté “que Facebook créé sa propre monnaie, un instrument de transaction, pourquoi pas. En revanche, il est hors de question qu’elle devienne une monnaie souveraine“.

Crédit photo : facebook bouton j achete i buycourse en ligne

Laisser un commentaire