A lire

Saga Trump vs Google : énième épisode en vue de la présidentielle 2020

Aux Etats-Unis, les effets de l’approche de la présidentielle 2020 commencent à se faire sentir. Il faut mobiliser les troupes. Le président Donald Trump, qui va se représenter n’échappe pas à la règle. Il accuse Google de le défavoriser à l’approche de la présidentielle 2020.

Globalement, les relations entre Donald Trump et les géants de la Silicon Valley, n’ont jamais été bonnes. Il sait qu’ils sont plutôt favorables au clan démocrate. Dernièrement, il a organisé un sommet à la Maison-Blanche sur les réseaux sociaux. Devant essentiellement des personnalités et organisations ultra-conservatrices, il avait expliqué mettre fin à la “collusion” entre les réseaux sociaux et ses adversaires démocrates. Il a precisé étudier toutes les solutions législatives ou réglementaires possibles.

Une nouvelle attaque plus ciblée contre Google

Cette fois, l’attaque est directe, elle vise Google à qui le Président américain reproche de le défavoriser. Cependant, aucune preuve ne vient étayer le discours présidentiel. Comme souvent, il s’est contenté de reprendre des affirmations faites par sa chaîne favorite Fox News. A ce propos, on ne sait plus trop d’ailleurs, si c’est la chaîne qui est chargée de commenter les propos du président, ou le contraire.

Sur Fox News donc, un ancien ingénieur de Google a affirmé que le groupe californien voulait “s’assurer que Trump perde en 2020“. Il a précisé, que Google avait en 2016, supprimé des articles négatifs sur Hillary Clinton et mis en valeur d’autres articles négatifs sur Donald Trump. Kevin Cernekee, affirme notamment aussi avoir été licencié, pour avoir exprimé ses vues conservatrices.

Des affirmations fausses 

Google a immédiatement réfuté ses accusations. Il faut rappeler, que Sundar Pichai le patron de la société, est déjà allé à la Maison-Blanche, pour expliquer “qu’il ne prévoyait pas d’illégalement saboter l’élection de 2020 malgré tout ce qui a été dit allant dans le sens contraire“. Google fait remarquer que stratégiquement, prendre parti et œuvrer pour un camp, irait à l’encontre de ses intérêts et de son activité, qui consiste à fournir un contenu le plus complet à tous ses utilisateurs.

Finalement, cette situation conflictuelle, si elle en reste au stade des escarmouches verbales, pourrait s’avérer utile pour les 2 camps. D’un côté, le Président continue à soigner son image du candidat de l’Amérique profonde, qui s’oppose à l’intelligentsia bobo internationaliste et progressiste. De l’autre, Google peaufine celle de la firme, soucieuse de son indépendance et qui défend le libre accès de tous à un maximum de domaines.

Crédit photo : history-in-hd

 

 

Laisser un commentaire